En association dans le diabète de type 2 - Le Moniteur des Pharmacies n° 3272 du 10/05/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3272 du 10/05/2019
 
OZEMPIC

Expertise

Nouvelle molécule

Auteur(s) : YOLANDE GAUTHIER 

Le sémaglutide (Ozempic) est le quatrième analogue du GLP-1 disponible. Avec un schéma d’injection hebdomadaire, comme le dulaglutide (Trulicity) ou l’exénatide à libération prolongée (Bydureon), il simplifie la prise en charge du diabète de type 2. Les autres médicaments agonistes du GLP-1 sont à administration quotidienne (Victoza/liraglutide), voire biquotidienne (Byetta/exénatide).

INDICATION

Traitement du diabète de type 2 insuffisamment contrôlé en complément d’un régime alimentaire et d’une activité physique, chez l’adulte.

Ozempic est pris en charge lorsqu’il est prescrit en bithérapie en association à la metformine, ou en trithérapie en association à la metformine et à un sulfamide.

MODE D’ACTION

Le sémaglutide est un analogue du GLP-1 (glucagon-like peptide-1), une hormone physiologique exerçant plusieurs effets sur la régulation du glucose et de l’appétit, ainsi que sur le système cardiovasculaire. Le sémaglutide abaisse la glycémie de façon dose-dépendante, en stimulant la sécrétion d’insuline et en réduisant la sécrétion de glucagon lorsque la glycémie est élevée. Diminuant l’appétit et la préférence pour les aliments à forte teneur en graisse, le sémaglutide réduit les apports énergétiques, ainsi que le poids corporel et la masse grasse.

POSOLOGIE

La dose initiale est de 0,25 mg de sémaglutide une fois par semaine. La dose sera augmentée à 0,5 mg une fois par semaine après 4 semaines de traitement. Après au moins 4 semaines à 0,5 mg une fois par semaine, la posologie peut être augmentée à 1 mg une fois par semaine afin d’améliorer le contrôle glycémique. Des doses hebdomadaires supérieures à 1 mg ne sont pas recommandées.

L’administration par voie sous-cutanée dans l’abdomen, la cuisse ou le haut du bras peut se faire à tout moment de la journée, au cours ou en dehors des repas.

Le traitement par metformine peut être poursuivi à la même dose. Une diminution de la dose de sulfamide hypoglycémiant devra être envisagée pour réduire le risque d’hypoglycémie.

Une autosurveillance glycémique n’est pas nécessaire pour ajuster la dose d’Ozempic. Mais elle peut l’être pour ajuster la dose de sulfamide hypoglycémiant.

CONTRE-INDICATIONS

Ozempic ne doit pas être utilisé chez les diabétiques de type 1 ou pour le traitement d’une acidocétose diabétique. Le sémaglutide n’est pas un substitut de l’insuline.

GROSSESSE ET ALLAITEMENT

Ozempic ne doit pas être administré pendant la grossesse. En raison de la longue demi-vie du sémaglutide, le traitement doit être arrêté au moins 2 mois avant un projet de grossesse.

L’utilisation d’une contraception pendant le traitement est recommandée aux femmes en âge de procréer.

Ozempic ne doit pas être utilisé pendant l’allaitement.

EFFETS INDÉSIRABLES

Nausées, vomissements et diarrhées, généralement d’intensité légère ou modérée et de courte durée, sont très fréquemment observés. Ils peuvent entraîner une déshydratation susceptible de détériorer la fonction rénale. Les patients de faible poids corporel pourraient être davantage sujets aux effets indésirables gastro-intestinaux.

Une diminution de l’appétit, des vertiges, des douleurs abdominales, une dyspepsie, une gastrite, des flatulences ou de la fatigue sont souvent observés.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

Le sémaglutide retarde la vidange gastrique et peut influencer l’absorption des médicaments administrés en même temps par voie orale.

Lors de l’initiation du traitement par sémaglutide, il est nécessaire de surveiller fréquemment l’INR des patients sous warfarine ou autres dérivés coumariniques.

CONSERVATION

A conserver au réfrigérateur entre + 2 et + 8 °C avant la 1re utilisation.

Après la première utilisation, à conserver à une température ne dépassant pas 30 °C ou au réfrigérateur entre + 2 et + 8 °C.

Une fois ouvert, le stylo se conserve 6 semaines, capuchon fermé et sans aiguille attachée. 

DITES-LE AU PATIENT

- En cas d’oubli d’une dose, l’administrer dès que possible et dans les 5 jours qui suivent l’oubli. Reprendre ensuite le schéma posologique hebdomadaire habituel. Si plus de 5 jours se sont écoulés, attendre et administrer la dose suivante au jour normalement prévu.
- Le jour d’injection hebdomadaire peut être changé si besoin, en respectant un délai d’au moins 3 jours (plus de 72 heures) entre deux doses. Une fois le nouveau jour choisi, continuer l’administration une fois par semaine.
- Jeter l’aiguille après chaque injection pour prévenir le risque d’obstruction des aiguilles, de contamination, d’infection et de fuite de la solution.

Delphine Guilloux

FICHE TECHNIQUE

Sémaglutide en solution injectable incolore et limpide, boîte de 1 stylo prérempli + 4 aiguilles NovoFine Plus, liste I, 80,18 €, remb. SS à 65 %.
- Ozempic 0,25 mg, AMM : 34009 301 510 7 5. - Ozempic 0,5 mg, AMM : 34009 301 510 9 9. - Ozempic 1 mg, AMM : 34009 301 511 0 5.
Novo Nordisk : 01 41 97 65 00
Les prix sont mentionnés hors honoraires de dispensation.

L’AVIS DE LA HAS


• Service médical rendu important

• Pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V)

• Population cible estimée à environ 83 200 patients

DIABÈTE DE TYPE 2

Le diabète, qui touche davantage les hommes et les personnes de plus de 50 ans, est en constante augmentation. Le nombre de diabétiques en France en 2016 est estimé à 3,286 millions de personnes, avec environ 90 % de diabétiques de type 2.

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ?
Le diabète de type 2 correspond à une élévation chronique de la concentration de glucose dans le sang liée à un déficit de la sécrétion d’insuline. L’insuline permet une réduction de la glycémie grâce à une diminution de la production hépatique de glucose et à une augmentation du transport de glucose vers le muscle et le tissu adipeux. Dans le diabète de type 2, l’excès d’adiposité abdominale, associé à une prédisposition génétique et à une sédentarité, est à l’origine d’une insulinorésistance : l’action de l’insuline sur les tissus cibles est réduite. Les cellules bêta des îlots de Langerhans du pancréas parviennent au début à compenser en augmentant la sécrétion d’insuline. Le patient devient diabétique lorsque les cellules bêta ne parviennent plus à produire une quantité suffisante d’insuline.
Comment se manifeste-t-il ?
Le diabète de type 2 reste silencieux durant des années. L’hyperglycémie chronique entraîne des complications à court terme (coma hyperosmolaire, acidose lactique, acidocétose, coma hypoglycémique iatrogène, etc.) et à long terme : macroangiopathie (syndromes coronaires aigus avec un risque d’AVC, d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs dit AOMI, etc.), microangiopathie (rétinopathie, insuffisance rénale, etc.), neuropathie (polynévrite, dysfonction érectile, etc.) et complications infectieuses.

Avez-vous des toilettes accessibles à la clientèle ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !