L’herpès de Pélagie Néco - Le Moniteur des Pharmacies n° 3270 du 20/04/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3270 du 20/04/2019
 

Expertise

Conseil associé

Auteur(s) : ANNE-GAËLLE HARLAUT 

Pélagie, 27 ans, pensait à une mycose génitale carabinée quand elle a consulté son gynécologue en urgence : « Finalement, il semble que j’ai attrapé une infection virale. » Si la patiente reste pudique sur le type d’infection, l’ordonnance révèle un diagnostic de primo-infection herpétique génitale.

Conseils complémentaires

– Soulager la gêne. Utiliser pour la toilette biquotidienne un lavant doux type syndet à action apaisante (Hydralin Apaisa, Dermalibour+, etc.), sécher en tapotant avec un linge doux et propre. Ponctuellement, il est possible d’appliquer des compresses d’eau froide sur les lésions. L’application d’un gel filmogène spécifique plusieurs fois par jour peut aussi être tentée pour réduire la gêne (ex : Clareva). Porter de préférence des vêtements amples et des sous-vêtements en coton pour limiter la macération et les frottements.

– Proscrire l’automédication. Ne pas appliquer d’autres produits sur les lésions sans avis médical : pas d’antiseptiques, de produits à base d’alcool, ni d’autres topiques, en particulier à base de cortisone qui risque d’aggraver l'infection.

– Limiter la transmission. Se laver les mains avant et après les soins pour éviter l’autocontamination (notamment ophtalmique). Eviter les rapports sexuels jusqu’à guérison complète, même protégés par préservatif : la contamination du partenaire est possible car des lésions peuvent siéger sur le pourtour des organes génitaux et les lésions herpétiques sont un facteur de risque d’acquisition d’autres IST. En cas de grossesse, prévenir les soignants de l’antécédent infectieux.

– éviter le soleil. Le valaciclovir étant photosensibilisant, conseiller une protection vestimentaire et/ou une protection d’indice élevée sur zones découvertes.

– En cas de récidives. Il faut consulter immédiatement pour débuter le traitement dès les premiers signes annonciateurs. Essayer dans ce cas de repérer et de lutter contre les facteurs déclenchants (anxiété, irritation locale, etc.).


ACCOMPAGNER LA DISPENSATION

ACCOMPAGNER LA DISPENSATION

VALACICLOVIR : UN COMPRIMÉ PAR VOIE ORALE AVEC UN VERRE D’EAU MATIN ET SOIR, PENDANT OU À DISTANCE DES REPAS, APPROXIMATIVEMENT AUX MÊMES HORAIRES CHAQUE JOUR PENDANT 10 JOURS. PRENDRE LE PREMIER COMPRIMÉ IMMÉDIATEMENT : PLUS LE TRAITEMENT EST DÉBUTÉ TÔT, PLUS IL EST EFFICACE.

Valaciclovir : un comprimé par voie orale avec un verre d’eau matin et soir, pendant ou à distance des repas, approximativement aux mêmes horaires chaque jour pendant 10 jours. Prendre le premier comprimé immédiatement : plus le traitement est débuté tôt, plus il est efficace.

PARACÉTAMOL : SI DOULEURS, PRENDRE UN COMPRIMÉ À RENOUVELER ÉVENTUELLEMENT 6 À 8 HEURES PLUS TARD (MINIMUM 4 HEURES) SANS DÉPASSER 3 PRISES PAR JOUR.

Paracétamol :si douleurs, prendre un comprimé à renouveler éventuellement 6 à 8 heures plus tard (minimum 4 heures) sans dépasser 3 prises par jour.

CICALFATE : AGITER LE FLACON PUIS APPLIQUER 2 FOIS PAR JOUR SUR LES LÉSIONS APRÈS LA TOILETTE, DE PRÉFÉRENCE À L’AIDE DE COMPRESSES STÉRILES POUR ÉVITER LE CONTACT DE L’EMBOUT APPLICATEUR AVEC LES LÉSIONS. JUSQU’À GUÉRISON DES LÉSIONS.

Cicalfate : agiter le flacon puis appliquer 2 fois par jour sur les lésions après la toilette, de préférence à l’aide de compresses stériles pour éviter le contact de l’embout applicateur avec les lésions. Jusqu’à guérison des lésions.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !