Le Moniteur des pharmacies n° 3269 du 13/04/2019
 

Expertise

Autour du médicament


Les recommandations émises par la Haute Autorité de santé (HAS) en juin 2018 avaient pour ambition de créer un consensus sur le diagnostic et la prise en charge de la borréliose de Lyme. Raté. Les 25 sociétés savantes qui avaient participé à l’élaboration des guidelines s’étaient désunies, laissant la HAS exposer ses bonnes pratiques seule. « Trop long, trop compliqué », a expliqué le Pr Tattevin, président de la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf), lors des auditions que mène actuellement le Sénat « pour comprendre » la polémique entre infectiologues. Les points majeurs de la discorde sont l’existence d’une forme chronique de la borréliose de Lyme, le SPPT (Symptomatologie/Syndrome persistant(e) polymorphe après une possible piqûre de tique), et l’utilisation d’antibiotiques au long cours. Un point si décrié ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Allez vous signer la pétition #MonHomeoMonChoix pour le maintien du remboursement de l’homéopathie ?


Solutions

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK