Genvoya et Stribild à exclure pendant la grossesse - Le Moniteur des Pharmacies n° 3268 du 06/04/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3268 du 06/04/2019
 

Expertise

Autour du médicament

Auteur(s) : YOLANDE GAUTHIER 

Les données pharmacocinétiques issues d’une étude évaluant les antirétroviraux chez les mères et les nouveau-nés montrent que les taux d’exposition au cobicistat et à l’elvitégravir sont diminués durant la grossesse, par rapport au post-partum. Ces principes actifs sont présents dans Genvoya (elvitégravir/ cobicistat/emtricitabine/ténofovir alafénamide) et Stribild (elvitégravir/cobicistat/emtricitabine/ ténofovir disoproxil). Ainsi, la concentration plasmatique après 24 heures de l’elvitégravir boosté par le cobicistat est « 81 % plus faible au cours du 2e trimestre et 89 % plus faible au cours du 3e trimestre de grossesse ».

Même constat pour le cobicistat, avec des concentrations plasmatiques après 24 heures respectivement 60 % et 76 % moindres au 2e et au 3e trimestres de grossesse. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) indique que la réduction des taux d’exposition à l’elvitégravir peut entraîner un échec virologique « et un risque accru de transmission de l’infection VIH de la mère à l’enfant ». Par conséquent, le traitement par elvitégravir/cobicistat ne doit pas être instauré chez la femme enceinte. Les femmes qui ont débuté une grossesse alors qu’elles prennent Genvoya ou Stribild doivent changer de traitement. §

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !