Le Moniteur des pharmacies n° 3262 du 02/03/2019
 

Expertise

Autour du médicament

YOLANDE GAUTHIER 


L’infection par le VIH est associée à une élévation du risque thromboembolique veineux. Des incertitudes persistent sur le surrisque que pourrait constituer le traitement antirétroviral. Une étude rétrospective publiée le 15 février dans The Lancet HIV apporte des conclusions rassurantes. Elle a utilisé les données de 14 389 patients néerlandais VIH+, suivis pendant 7,2 ans en médiane. En tenant compte de l’âge, l’incidence globale des évènements thromboembolique survenus était plus élevée chez les malades (2,5  pour 1 000 personnes–années) que dans la population générale (1 pour 1 000). Mais ni les antiprotéases, ni l’analogue nucléosidique abacavir n’augmentent le risque d’événements. Les anti-intégrases semblent avoir un effet sur ce risque, mais le lien n’est pas retrouvé lorsque seuls les évènements thromboemboliques non provoqués sont pris en compte. «   ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?




Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK