Santé publique France engage les pros contre l’alcool - Le Moniteur des Pharmacies n° 3261 du 21/02/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3261 du 21/02/2019
 
RÉDUCTION DES RISQUES

Expertise

Ouverture

Auteur(s) : YOLANDE GAUTHIER 

Avec 41 000 décès imputables chaque année (30 000 chez les hommes et 11 0000 chez les femmes), l’alcool possède toujours un fort impact sanitaire en France. On estime que 7 % des décès chez les plus de 15 ans pourraient lui être attribués. L’agence Santé publique France part donc en lutte contre ce fléau, en misant dans un premier temps sur la sensibilisation des professionnels de santé au repérage des consommations problématiques. Et il y a de quoi faire. En 2017, 21 % des 18-75 ans ont connu une ivresse dans l’année. 10 % sont des consommateurs quotidiens, et 5 % prennent 6 verres ou plus en une même occasion toutes les semaines. Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 19 février 2019 consacré à ce sujet souligne l’existence d’une frange de très gros buveurs, puisque 10 % des 18-75 ans boivent à eux seuls 58 % de l’alcool consommé. Les jeunes sont particulièrement touchés : les ivresses régulières (au moins 10 ivresses au cours des 12 derniers mois) s’observent surtout dans la tranche d’âge des 18-24 ans, et concernent près d’un cinquième d’entre eux. Malgré l’interdiction de la vente d’alcool aux mineurs, les moins de 18 ans peuvent très facilement s’en procurer dans les magasins ou en consommer dans un débit de boissons. Rien d’étonnant alors à ce que 44 % des jeunes de 17 ans déclarent une alcoolisation ponctuelle importante au cours du mois écoulé (au moins 6 verres en une occasion).

Pour aider les professionnels de santé à diffuser les nouveaux repères de consommation d’alcool (maximum 10 verres par semaine, maximum 2 verres par jour et des jours sans aucune consommation), le site pro.alcool-info-service.fr a été développé. Il regroupe l’essentiel à savoir pour favoriser le dialogue avec les patients. Santé publique France met également en place, jusqu’au 15 mars 2019, une campagne destinée à mieux faire connaître aux professionnels de santé les risques liés aux consommations d’alcool, via des publi-rédactionnels ou des bannières web. Car, n’en déplaise au ministre de l’Agriculture, ces risques sont réels même à faible dose, dès le premier verre quotidien d’alcool. Y compris de vin. §

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !