Le vote de la semaine - Le Moniteur des Pharmacies n° 3260 du 14/02/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3260 du 14/02/2019
 

VAP

Auteur(s) : PROPOS RECUEILLIS PAR FRANÇOIS POUZAUD 

Redoutez-vous la mise en place de la sérialisation dans les officines ?
On ne vit que de réglementations. On commence à être blasé par le travail de contrôle supplémentaire qui nous est demandé à chaque fois que les règles changent. Des développements vont devoir être faits par les éditeurs de logiciels, cela se traduira par une augmentation de l’abonnement. De plus, scanner toutes les boîtes va nous faire perdre plus de temps, alors qu’on nous demande d’en consacrer plus au patient. Comment fera-t-on avec le client si on ne peut pas se connecter à la base de données pour vérifier que le médicament n’est pas contrefait ? Le faire revenir alors qu’il n’habite pas forcément à côté de la pharmacie ? Déjà que les bugs informatiques, ça me stresse ! On ne pourra plus ouvrir une boîte pour montrer à un patient la taille ou la forme d’un comprimé, sauf si on est certain de la lui vendre. Sur les retours de produits, je ne suis pas très inquiète car les clients reviennent souvent dans les 24 à 48 heures. De toute façon, il y en a très peu, car la pharmacie pratique le double contrôle de l’ordonnance.

OUI, MAIS...

Si les opérations liées à la sérialisation des médicaments se font rapidement par l’informatique, je ne les crains pas. Mais je doute que cela soit le cas s’il faut scanner toutes les boîtes. Il faudra embaucher 2 ou 3 employés de plus au comptoir ; si on a une ordonnance avec 15 boîtes de Rocéphine, on pourra inviter le patient à s’asseoir et à patienter en lui offrant un café ! Les retours en stock de produits seront compliqués si la date limite de reprise a expiré. Le patient devra les garder alors que jusqu’ici, la pharmacie est plutôt arrangeante. Et si la connexion est interrompue, on va garder les patients dans l’officine en attendant son retour… Cela nous promet un travail de dingue !
On est harcelé par l’administratif. La sérialisation, cela risque d’être une nouvelle galère pour l’officine, mais je ne vais pas me stresser à l’avance avant de savoir comment elle va se dérouler en pratique. La pharmacie va fonctionner sur un autre mode de saisie informatique, la sérialisation va entraîner une adaptation de nos logiciels, et bien sûr, elle ne sera pas gratuite pour le pharmacien. Il va encore falloir aussi passer du temps à expliquer ce changement aux patients, les avertir que l’on ne pourra plus du tout reprendre leurs produits une fois l’identifiant unique désactivé. Heureusement, j’ai le dos large !

Pierre Aubert, Vitrolles (Bouches-du-Rhône)

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !