Le Moniteur des pharmacies n° 3260 du 14/02/2019
 

VAP

■  ANNE-HÉLÈNE COLLIN 


Oui. Les primevères (espèces horticoles et ornementales, notamment Primula obconica, P. sinensis…, famille des Primulacées) renferment des composés quinoniques, dont la très toxique primine, et des saponosides triterpéniques, qui peuvent être à l’origine de réactions cutanées allergiques de contact : rougeurs, démangeaisons avec parfois un œdème localisé et/ou des vésicules. Les fleuristes sont principalement concernés. Des diarrhées et des vomissements peuvent apparaître en cas de contact avec la bouche (notamment chez les jeunes enfants). Les primevères sont des plantes des zones tempérées de l’hémisphère nord. Elles poussent grâce à un rhizome et sont reconnaissables à leurs feuilles en forme de rosette au milieu de laquelle nait une hampe florale. Plantes d’intérieur très populaires, elles apparaissent sur les marchés et chez les fleuristes dès janvier. Les primevères sauvages indigènes (primevère officinale ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Vaccinez-vous plus de patients que ce à quoi vous vous attendiez ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK