La crise de goutte de Victor Teil - Le Moniteur des Pharmacies n° 3259 du 07/02/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3259 du 07/02/2019
 

Expertise

Conseil associé

Auteur(s) : ANNE-GAËLLE HARLAUT 

Victor, 67 ans, présente depuis hier soir une inflammation douloureuse brutale du gros orteil. C’est la troisième fois en un an. Il reconnaît rapidement les symptômes d'une crise de goutte et voit son rhumatologue dès ce matin. Celui-ci lui prescrit un traitement de la crise et ajoute un traitement de fond hypo-uricémiant.

Conseils complémentaires

- Contre la douleur. Rester assis ou allongé pour immobiliser l’articulation, un arceau de lit peut protéger du contact douloureux du drap. L’application de froid peut être utile (poche de glace ou gel pack Axmed, Nexcare Cold-hot…), 3 fois par jour pendant 15 minutes. Utiliser des chaussures adaptées, non traumatisantes.

- Pour diminuer l’uricémie et limiter le risque de récidive. Boire au moins 1,5 litre par jour. Limiter l’apport d’aliments riches en purines dont la dégradation produit de l’acide urique : proscrire la bière (même sans alcool) et les alcools forts, éviter les sardines, anchois, harengs,

crustacés, abats, charcuteries, gibiers, viandes faisandées, légumes secs ; limiter les viandes de porc, de veau, les volailles, le lapin, certains légumes (asperges, champignons, légumes secs…), le beurre, le vin. Limiter les apports en fructose utilisé pour son pouvoir sucrant, dont l’excès provoque une augmentation de l’uricémie : proscrire les sodas (y compris « sans sucre »), éviter les jus de fruits industriels.

- Pour lutter contre le surpoids, facteur de risque de goutte. Viser une perte de poids progressive, manger équilibré. Après la crise, pratiquer au moins 30 minutes d’activité physique par jour (natation, marche, vélo…).


ACCOMPAGNER LA DISPENSATION

ACCOMPAGNER LA DISPENSATION

COLCHIMAX : LA POSOLOGIE PRESCRITE CORRESPOND AUX PRÉCONISATIONS LES PLUS RÉCENTES POUR RÉDUIRE LE RISQUE DE SURVENUE D’EFFETS INDÉSIRABLES. ELLE DOIT ÊTRE SCRUPULEUSEMENT SUIVIE. LE COMPRIMÉ EST À PRENDRE DE PRÉFÉRENCE AU COURS D'UN REPAS. ARRÊTER LE TRAITEMENT ET CONSULTER EN CAS DE DIARRHÉE OU DE VOMISSEMENTS (SIGNES DE SURDOSAGE). MENTIONNER LA PRISE DE COLCHICINE LORS DE TOUTE CONSULTATION (NOMBREUSES INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES).

Colchimax : la posologie prescrite correspond aux préconisations les plus récentes pour réduire le risque de survenue d’effets indésirables. Elle doit être scrupuleusement suivie. Le comprimé est à prendre de préférence au cours d'un repas. Arrêter le traitement et consulter en cas de diarrhée ou de vomissements (signes de surdosage). Mentionner la prise de colchicine lors de toute consultation (nombreuses interactions médicamenteuses).

ALLOPURINOL : NE DÉBUTER QUE LORSQUE LA CRISE DOULOUREUSE EST PASSÉE. LE COMPRIMÉ EST À PRENDRE APRÈS LE REPAS. LA POSOLOGIE EST AJUSTÉE SELON L’URICÉMIE. ARRÊTER IMMÉDIATEMENT LE TRAITEMENT ET CONSULTER EN CAS D'ÉRUPTION CUTANÉE, D'ATTEINTE DES MUQUEUSES OCULAIRES, BUCCALES OU GÉNITALES OU DE FIÈVRE (RISQUE DE TOXIDERMIES GRAVES).

Allopurinol : ne débuter que lorsque la crise douloureuse est passée. Le comprimé est à prendre après le repas. La posologie est ajustée selon l’uricémie. Arrêter immédiatement le traitement et consulter en cas d'éruption cutanée, d'atteinte des muqueuses oculaires, buccales ou génitales ou de fièvre (risque de toxidermies graves).

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !