Formule magique - Le Moniteur des Pharmacies n° 3259 du 07/02/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3259 du 07/02/2019
 

Edito

Auteur(s) :

PAR LAURENT LEFORT,

RÉDACTEUR EN CHEF

Comme tous les ans, l’Afipa, l’Association des laboratoires spécialisés dans l’automédication ou plus exactement le selfcare – entendez par là les médicaments, les compléments alimentaires et les dispositifs médicaux – a publié son baromètre du marché (voir p. 30). Et comme tous les ans, on regrette finalement de ne pas être plus surpris. Pas surpris que les ventes de compléments alimentaires et dispositifs médicaux progressent, tant les laboratoires en usent et abusent. Pas étonné d’assister de fait à la lente agonie des médicaments, principe des vases communicants oblige. Rappelons au passage que l’absence de la codéine, devenue pharmacum non grata des rayons conseils depuis juillet 2017, fait tache.

« Pour mener un dialogue constructif et responsable avec les autorités de santé », l’Afipa insiste, dans l’analyse de son baromètre 2019, sur l’importance de l’établissement de bonnes pratiques. Lesquelles existent en fait déjà. L’arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments au comptoir ou par voie électronique a même été publié au Journal officiel du 1er décembre 2016 pour entrer en vigueur au 1er février de l’année suivante. En cas de dispensation de médicaments conseils, le pharmacien est débiteur d’une obligation de conseil renforcée envers son patient, précise cet arrêté. Il doit notamment veiller au caractère pratique et intelligible des informations qu’il délivre et prendre en compte les difficultés de compréhension. Et peut même, si besoin, formaliser son conseil par écrit. Deux ans plus tard, on est manifestement encore loin de la formule magique espérée. « Pour mener un dialogue constructif et responsable avec les autorités de santé », faudrait-il déjà que ces dernières s’astreignent, une bonne fois pour toutes, à cesser de faire rimer « déremboursé » avec « absence d’efficacité ». Il sera sans doute un peu plus facile de convaincre les patients de payer pour soigner leurs petits maux. Car c’est bien ce que tout le monde souhaite, non ?

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !