Testez-vous - Le Moniteur des Pharmacies n° 3258 du 01/02/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3258 du 01/02/2019
 
ÉVALUATION

Cahiers Formation du Moniteur

Evaluation

Auteur(s) : RÉALISÉ PAR   :  ANNE-HÉLÈNE COLLIN  ET  NATHALIE BELIN,  PHARMACIENNES COORDIN ATION   :  ALEXANDRA BLANC  ET  ANNE-HÉLÈNE COLLIN   

Avez-vous assimilé l’essentiel des informations scientifiques et pharmaceutiques parues dans Le Moniteur des pharmacies depuis le 15 décembre 2018 ?

RECOMMANDATIONS SUR LA CONTRACEPTION

recommandations sur la contraception

1- En l’absence de contraception au long cours, quelle contraception d’urgence recommande le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) dans les 72 premières heures qui suivent un rapport sexuel à risque ?
a.  lévonorgestrel
b.  ulipristal

2- Au-delà de 72 heures après un rapport sexuel à risque, quelle molécule faut-il délivrer ?
a. lévonorgestrel
b.  ulipristal

3- Si la femme utilise ou envisage de prendre une contraception hormonale, quelle molécule est à privilégier ?
a. lévonorgestrel
b. ulipristal

4- Après une contraception d’urgence par ulipristal, une femme sous contraceptif hormonal doit utiliser une contraception additionnelle mécanique pendant :
a. 7 jours
b. 12 jours
c. 14 jours

Réponses : 1 b. Ulipristal ou lévonorgestrel peuvent être proposés dans les 72 premières heures après un rapport sexuel à risque. Cependant, le CNGOF estime qu’« en raison de sa meilleure efficacité en période péri-ovulatoire, et cette période étant difficile à déterminer, la prescription d’ulipristal peut être recommandée ».2 b. 3 a. L’ulipristal peut réduire l’efficacité des contraceptifs combinés ou des progestatifs. 4 b.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3251 du 15/12/2018)


BENLYSTA

Benlysta

1- Benlysta (bélimumab) est un anticorps monoclonal indiqué :
a.  dans le lupus systémique
b.  dans la sclérose en plaques
c.  dans la polyarthrite rhumatoïde

2- La posologie recommandée est de :
a. 200 mg par jour par voie sous-cutanée (SC)
b.  200 mg par semaine en SC
c.  200 mg par mois en SC

3- Benlysta :
a. peut être prescrit par tout médecin
b.  nécessite une prescription initiale hospitalière annuelle
c.  est un médicament d’exception

4- Benlysta se conserve :
a. à température ambiante
b.  au réfrigérateur

Réponses : 1 a. 2 b. 3 b. 4 b.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3251 du 15/12/2018)

VITAMINE B9 ET GROSSESSE

Vitamine B9 et grossesse
1  La vitamine B9 (folate, ou acide folique) intervient dans la production du matériel génétique et des acides aminés nécessaires à la croissance cellulaire.

2  Les apports alimentaires conseillés en vitamine B9 chez la femme enceinte sont de 150 µg/jour.

3   Un déficit en folates chez la mère peut entraîner, pour le fœtus, des anomalies de fermeture du tube neural.


4  En l’absence de facteurs de risques, une supplémentation en folate à raison de 5 mg par jour est recommandée dès le désir de grossesse et au moins quatre semaines avant la conception.

5  La supplémentation doit être poursuivie jusqu’à la dixième semaine de grossesse.

6  Le foie de veau est l’un des aliments les plus riches en acide folique.
Réponses : 1. Vrai. 2. Faux. Les apports alimentaires conseillés en vitamine B9 chez la femme enceinte sont de 400 µg/jour (300 µg/jour chez l’adulte et 150 à 250 µg/jour chez l’enfant). 3. Vrai. 4. Faux. Une supplémentation quotidienne de 400 µg de folate est recommandée avant la grossesse, mais chez les femmes à risque élevé (antécédents de spina-bifida ou prise d’un traitement induisant une carence en folate), la supplémentation en folate se monte à 5 mg/jour. 5. Vrai. 6. Vrai.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3252/3253 du 22/12/2018)

QUI SUIS-JE ?

Qui suis-je ?

1- Je suis :
a. l’eucalyptus
b. le sureau
c. le saule

2- Je suis traditionnellement utilisé dans :
a. les fièvres associées à un rhume
b. les douleurs articulaires mineures
c. les troubles mineurs du sommeil

Réponse : 1 c. Je suis le saule (Salix purpurea, S. daphnoides, S. alba, S. fragilis). 2 a, b. Mon écorce est utilisée en phytothérapie.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3252/3253 du 22/12/2018)

L’info en +
Le saule, riche en dérivés salicylés, suit les mêmes contre-indications que les AINS : hypersensibilité aux AINS, asthme dû à une sensibilité aux salicylés, ulcère digestif, déficit en G6PD, atteinte rénale ou hépatique sévère…

LIPOROSA

Liporosa
1  Liporosa, bithérapie indiquée dans l’hypercholestérolémie, associe simvastatine et ézétimibe.

2  Liporosa peut induire des douleurs musculaires, des céphalées, de la fatigue et des vertiges.



3   Liporosa est contre-indiqué pendant la grossesse, l’allaitement et chez les femmes en âge de procréer n’utilisant pas de moyens de contraception.

4  Liporosa peut être administré en même temps que les antiacides à base d’hydroxyde d’aluminium et de magnésium.
Réponses : 1. Faux. Liporosa associe rosuvastatine et ézétimibe. 2. Vrai. 3. Vrai. 4. Faux. Les antiacides à base d’hydroxyde d’aluminium et de magnésium doivent être administrés 2 heures après Liporosa.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3254/3255 du 12/01/2019)

TROP DE PATIENTS SOUS IPP

Trop de patients sous IPP

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament, trop de prescriptions d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ne suivent pas les recommandations en vigueur, notamment en primoprescription dans la prévention des lésions gastroduodénales dues aux AINS. Dans cette indication, quels sont les patients à risque pour lesquels une coprescription AINS/IPP est recommandée ?
a. Les patients de plus de 65 ans
b. Les patients de plus de 75 ans
c. Les patients ayant un antécédent d’ulcère gastroduodénal
d. Les patients sous traitement par antiagrégant plaquettaire ou anticoagulant
e. Les patients sous traitement par corticoïdes
f. Les femmes enceintes

Réponses : a, c, d et e.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3254/3255 du 12/01/2019)


CETTE PLANTE EST-ELLE TOXIQUE ?

cette plante est-elle toxique ?
Le datura (Datura stramonium L., Solanaceæ), ou stramoine, est une plante herbacée annuelle ubiquitaire qui pousse sur le bord des chemins, dans les décombres, ou encore dans les espaces verts des zones urbaines. Toutes les parties de la plante (feuilles, fleurs, graines) renferment des alcaloïdes, principalement de la scopolamine, de l’atropine et de la hyoscyamine, antagonistes des récepteurs muscariniques à l’origine d’un effet anticholinergique. Le datura est ainsi responsable de troubles périphériques (sécheresse de la peau, de la bouche, mydriase, troubles de l’accommodation, tachycardie, etc.) puis de troubles centraux (agitation, hallucinations, confusions, voire coma…). Les premiers symptômes apparaissent rapidement, 10 à 20 minutes après l’absorption, et peuvent persister quelques heures, voire plusieurs jours selon la sévérité de l’intoxication. Une trentaine de graines, 5 ou 6 fleurs ou 1,5 à 2 cigarettes de feuilles peuvent induire, chez un adulte, des symptômes avec hallucinations. Ces propriétés hallucinatoires sont de plus en plus recherchées et le datura fait l’objet d’un usage détourné à visée récréative, notamment chez les adolescents. Le datura, qui peut atteindre 1 mètre de haut, est reconnaissable à ses fleurs blanches ou violacées en forme de trompette, qui fleurissent entre juillet et septembre. Son fruit est une grande capsule (5 à 10 cm de diamètre) épineuse renfermant plusieurs centaines de graines.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3254/3255 du 12/01/2019)

LE TÉTANOS

Le tétanos

J’ai lu sur Internet que le tétanos n’est pas une maladie immunisante. Le vaccin ne sert donc à rien ?
Le tétanos est une maladie due à une toxine produite par la bactérie Clostridium tetani. La quantité de toxine capable de déclencher la maladie est extrêmement faible et ne permet pas à l’organisme de développer une réponse immunitaire satisfaisante. La vaccination utilise donc une anatoxine, immunogène mais non active, en quantité suffisante pour démarrer une production d’anticorps antitoxine. Le taux d’anticorps produit décroît naturellement au fil du temps. La protection nécessite donc des rappels de vaccination réguliers.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3254/3255 du 12/01/2019)

VACCINS

vaccins

Une maman a conservé les vaccins Revaxis et Priorix trois semaines au réfrigérateur dans une pochette isotherme. Sont-ils utilisables ?
Si les vaccins ont été conservés entre + 2 et + 8 °C, ils peuvent être administrés sans problème. Une étude a montré que les vaccins atteignaient la température du réfrigérateur en 10 minutes environ sans sac, et en 20 à 30 minutes s’ils sont placés dans un sac isotherme, dont la température rejoint rapidement celle du reste du réfrigérateur. Il est en revanche impératif de mettre le vaccin au frais très rapidement après l’achat car l’efficacité de la pochette isotherme est faible à température ambiante.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3254/3255 du 12/01/2019)

QU’EST-CE QUE C’EST ?

qu’est-ce que c’est ?
Les mycoses de la muqueuse buccale sont en grande partie dues à la levure Candida albicans. Elles sont fréquemment rencontrées chez les nouveau-nés, les personnes âgées et les sujets immunodéprimés. Les principaux facteurs déclenchants sont une exposition préalable à certains médicaments (antibiotiques, corticoïdes…), une hyposialie ou une asialie (liée à l’âge ou consécutive à la prise de neuroleptiques, à une radiothérapie…), une altération du système immunitaire (diabète, VIH…) et le port de dentier. On distingue principalement le muguet buccal – qui atteint à la fois la langue (glossite) et la cavité buccale (stomatite) –, et la perlèche qui touche les commissures des lèvres. Les deux peuvent être associés. La muqueuse est rouge et œdématiée, avec l’apparition d’un enduit blanchâtre. Les candidoses oropharyngées se manifestent généralement par une douleur à l’origine d’une dysphagie et/ou d’une anorexie, un goût métallique dans la bouche et, en cas de perlèche, par des fissures douloureuses au niveau des commissures des lèvres. En cas de suspicion de candidose oropharyngée, l’établissement du diagnostic nécessite un prélèvement mycologique. Un antifongigramme n’est nécessaire qu’en cas de résistance. Le traitement des candidoses oropharyngées repose sur l’administration locale et/ou systémique d’antifongiques.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3254/3255 du 12/01/2019)

UNE HUILE ESSENTIELLE CONTRE LA TOUX AVEC RHUME

Une huile essentielle contre la toux avec rhume

1- Quelle huile essentielle conseiller pour une toux associée à un rhume, chez un adulte par ailleurs en bonne santé ?
a.  HE de lemongrass (herbe)
b.  HE d’ylang-ylang (fleurs)
c.  HE de thym à thymol (parties aériennes fleuries)

2- Cette huile essentielle peut être administrée :
a.  en inhalation
b.  en application cutanée
c.  par voie orale

Réponses : 1 c. 2 b, c.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3256 du 19/01/2019)


Attention !
L’HE de thym à thymol contient des phénols, anti-infectieux puissants mais à utiliser avec prudence. L’HE de thym à thymol est donc conseillée :
– uniquement chez l’adulte,
– impérativement diluée dans un excipient lipophile,
– en quantité et à durée limitées.
L’HE étant caustique, la voie respiratoire est à éviter.
De fait, l’HE de thym à thymol peut être remplacée par des HE plus faciles à utiliser : ravintsara, arbre à thé, niaouli… ou dans une moindre mesure, eucalyptus radié.



TRUVADA

Truvada
1  Truvada (emtricitabine et ténofovir), indiqué dans le traitement des infections par le VIH-1, est également indiqué en prophylaxie pré-exposition (PrEP).

2   Les comprimés de Truvada peuvent être délités dans 100 ml d’eau, de jus d’orange, ou de jus de raisin.

3  Le comprimé est pris à heure fixe à distance des repas.

4  En cas d’oubli de plus de 8 heures, la prise de Truvada ne peut être rattrapée.
Réponses :1 Vrai. 2 Vrai. 3 Faux. Truvada est à prendre au moment d’un repas. 4 Faux. En cas d’oubli, la prise de Truvada peut être rattrapée dans les 12 heures ; au-delà la dose oubliée ne peut être prise.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3256 du 19/01/2019)


LES INFECTIONS URINAIRES

Les infections urinaires

CAS

Cas

Melle G., 21 ans, vous présente une ordonnance mentionnant Uridoz (fosfomycine trométamol), à renouveler, ainsi qu’une boîte de bandelettes urinaires Uritest 2.

1- Vous lui recommandez de prendre le sachet d’Uridoz :
a. au moins 2 heures avant un repas
b. au cours du repas du soir

2-  Concernant les bandelettes urinaires, vous lui faites les recommandations suivantes :
a. passer directement la bandelette urinaire sous le jet d’urine
b. effectuer de préférence le test sur des urines ayant séjourné au moins 4 heures dans la vessie
c. faire une toilette de la région urétrale au Dakin avant de réaliser le test

Réponses : 1 a. La prise de nourriture pouvant ralentir l’absorption de la fosfomycine, cette dernière doit être prise à distance d’un repas. 2 b. Passer directement la bandelette sous le jet d’urine peut fausser les résultats. Il faut recueillir les urines, ayant de préférence séjourné 4 heures dans la vessie, dans un récipient propre mais pas nécessairement stérile, contrairement à un ECBU. Une toilette préalable n’est pas non plus nécessaire. Le résultat doit être lu après 1 à 2 minutes selon les tests (un délai trop long le rend ininterprétable). Le respect du délai de péremption et des conditions de conservation est également essentiel pour garantir la fiabilité du résultat : conservation des bandelettes à température ambiante, récipient bien fermé avec le dessicant.
(Cahier Formation Ordonnance « Les infections urinaires » n° 3256 du 19 janvier 2019)

1  Les fluoroquinolones ne sont plus recommandées dans les cystites

2  Le diabète n’est pas considéré comme un facteur de complication des infections urinaires.

3   La présence d’une hématurie est un signe de gravité de l’infection.

4  En cas de signes d’infection urinaire chez la femme enceinte, un ECBU doit être systématiquement réalisé.

Réponses : 1 Vrai. Selon les dernières recommandations de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF, fin 2017), les fluoroquinolones, même en traitement court, ne sont plus recommandées dans les cystites afin notamment de limiter le risque d’émergence de bactéries résistantes à cette classe d’antibiotique. 2 Vrai. Bien que les infections urinaires soient plus fréquentes chez le patient diabétique, elles ne sont pas considérées comme à risque de complication. 3 Faux. La présence de sang dans les urines est très anxiogène mais ne constitue pas un facteur de gravité de l’infection. 4 Vrai. Les modifications anatomiques et hormonales au cours de la grossesse favorisent les infections urinaires qui peuvent plus facilement se compliquer : un ECBU est systématiquement indiqué avant l’antibiothérapie probabiliste.

(Cahier Formation Ordonnance « Les infections urinaires » n° 3256 du 19 janvier 2019)

Délivreriez-vous cette ordonnance ?

Dr Franck V.

Médecin généraliste

M. Pascal D.

53 ans, 75 kg

Prendre après l’ECBU

Ciprofloxacine cp 500 mg : 1 cp 2 fois par jour pendant 14 jours.

M. D. en profite pour renouveler une ordonnance de Moxydar prescrit pour un RGO.

Réponses : Oui, les ordonnances peuvent être délivrées mais pas sans une mise en garde du patient. L’antiacide (Moxydar), comme tout autre traitement à base d’aluminium, de magnésium, de calcium ou de fer peut diminuer l’absorption de la fluoroquinolone. La prise de l’antibiotique doit se faire au moins 2 heures avant ou 4 heures après l’antiacide, afin d’éviter tout risque d’échec du traitement et de sélection de germes résistants. Par ailleurs, il convient de prévenir tout patient sous fluoroquinolone qu’en cas d’apparition de troubles musculaires ou articulaires (faiblesse ou douleur au niveau des muscles ou des tendons) ou de troubles touchant le système nerveux (paresthésies, confusion, dépression, pensées suicidaires, troubles de la vue ou de l’audition), un avis médical s’impose rapidement : l’arrêt de l’antibiotique est recommandé dans ces situations.

(Cahier Formation Ordonnance « Les infections urinaires » n° 3256 du 19 janvier 2019)


LES DÉRIVÉS NITRÉS

Les dérivés nitrés

1- Ils ont une action :
a.  vasodilatatrice
b.  vasoconstrictrice

2- De fait, ils peuvent induire :
a.  une hypotension orthostatique
b.  une hypertension artérielle
c.  des céphalées
d.  des bouffées de chaleur



3- Les dérivés nitrés :
a.  ont une demi-vie très courte (quelques minutes à quelques dizaines de minutes)
b.  sont inducteurs enzymatiques
c.  se caractérisent par un effet de tolérance qui impose la mise en place de fenêtres thérapeutiques quotidiennes

Réponses : 1 a. 2 a, c, d. 3 a, c.
(Le Moniteur des pharmacies n° 3257 du 26/01/2019)

LES ANALYSES BIOLOGIQUES

Les analyses biologiques
1  L’INR cible d’un patient sous AVK est généralement compris entre 4 et 6.

2  Un INR trop bas traduit un risque hémorragique.

3   Un INR trop élevé traduit un risque hémorragique.


4  Un contrôle d’INR est nécessaire une semaine après l’introduction d’un médicament interagissant avec les AVK.

5  Le contrôle de l’INR s’effectue de préférence le matin.

6  Le patient doit être à jeun pour le dosage de l’INR.
Réponses : 1 Faux. Pour les patients sous AVK, l’INR cible est de 2,5 (fenêtre de tolérance entre 2 et 3) dans la majorité des indications. L’INR cible peut être plus élevé, supérieur à 3 (fenêtre de 2,5 à 4,5), notamment dans les valvulopathies mitrales ou chez les porteurs de prothèse cardiaque. 2 Faux. Un INR trop bas traduit un risque de thrombose. 3 Vrai. 4 Faux. Un contrôle de l’INR est nécessaire 3 à 4 jours après toute introduction, modification ou tout arrêt de médicaments interagissant avec les AVK. 5 Vrai. En effectuant le dosage de l’INR le matin, il est possible ensuite de modifier la dose de l’AVK dès la prise suivante. 6 Faux. Le dosage de l’INR ne nécessite pas d’être à jeun.
(Cahier Formation Conseil « Les analyses biologiques » n° 3257 du 26/01/2019)

Cas

Mme L, 67 ans, 67 kg, sous ramipril, hydrochlorothiazide, Diffu K, Transilane, et escitalopram, a apporté ses derniers bilans biologiques, comme lui a demandé son pharmacien en vue de préparer son bilan partagé de médication.

1- Natrémie : 127 mmol/l. Mme L est :

a. en hyponatrémie

b. en hypernatrémie

c. dans les normes

2-  Kaliémie : 5,7 mmol/l. Mme L est :

a. en hypokaliémie

b. en hyperkaliémie

c. dans les normes

3-  Dans les médicaments apportés par Mme L, lesquels d’entre eux ont pu réduire sa natrémie ?

a. ramipril

b. hydrochlorothiazide

c. Diffu K

d. Transilane

e. escitalopram

4-  Dans les médicaments apportés par Mme L, quels sont ceux ayant pu augmenter sa kaliémie ?

a. ramipril

b. hydrochlorothiazide

c. Diffu K

d. Transilane

e. escitalopram

Réponses : 1 a. 2 b. 3 a, b, e. 4 a, c, d (excipient à effet notoire).

(Cahier Formation Conseil « Les analyses biologiques » n° 3257 du 26/01/2019)

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !