Le Moniteur des pharmacies n° 3254 du 10/01/2019
 

Expertise

Autour du médicament

YOLANDE GAUTHIER 


L’Académie nationale de médecine rappelle, dans un rapport récent, les conséquences de la pratique sportive de haut niveau (plus de 20-25 heures d’entraînement par semaine) chez les adolescentes : croissance staturopondérale ralentie, troubles du développement pubertaire et de la statique pelvienne, atteintes musculosquelettiques. La triade anorexie-aménorrhée-ostéoporose de l’athlète féminine est encore largement méconnue des entraîneurs ou encadrants. Certains sports, dont ceux dits à silhouette ou d’apparence (gymnastique, danse, patinage artistique, natation synchronisée) mais aussi le tennis, les courses de fond ou les sports à catégories de poids, sont particulièrement à risques. L’Académie recommande une surveillance médicale clinique très rigoureuse des jeunes filles (au moins 4 fois par an), des conseils nutritionnels réguliers et personnalisés, un bilan biologique au moins annuel avec éventuellement supplémentation en vitamine D, ainsi qu’une surveillance osseuse ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous ou allez-vous participer au Grand débat national ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK