L’hospitalité à l’officine : occasionnelle ou essentielle ? - Le Moniteur des Pharmacies n° 3251 du 10/01/2019 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3251 du 10/01/2019
 
COURRIER

Vous avez la parole

Courrier

Auteur(s) : ■  LE CONSEIL DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES PHARMACIENS CATHOLIQUES 

La dernière formation organisée par notre association avait pour thème : l’hospitalité. Parmi les nombreuses citations rappelées par notre intervenant Joël Ceccaldi, médecin et directeur du Centre aquitain de bioéthique, citons cette phrase de Louis Pasteur : « Je ne te demande pas quelle est ta race, ta nationalité ou ta religion, mais quelle est ta souffrance », qui invite tout soignant à passer d'une préoccupation simple envers tout homme à une considération plus large à l’égard de tout être humain.

Dans nos officines, là où la déontologie demande de ne pas laisser seul(e) celui ou celle que nous avons accueilli(e), comment témoigner de notre sollicitude ?

D’abord réentendons ces paroles dites à l’officine ou au domicile : « Je me sens vidé, je n’ai plus le courage de vivre » ou « J’ai l’impression de ne plus être utile à grand-chose » ou encore « Je ne veux plus être une charge pour mes proches ». Ces paroles ne sont-elles pas comme des « perches » qui nous sont tendues pour que nous nous en saisissions et apportions le soutien attendu, chacun à notre manière  ? Puis repensons aussi à celles et à ceux qui ne s’expriment pas, mais dont les corps sont prématurément usés, parce que victimes du non-respect de leur dignité. Deux chercheurs, Jonathan Mann et Michael Marmot, ont d’ailleurs montré que l’absence de respect de la dignité est aussi néfaste pour la santé que les microbes ou les virus !

Ces souffrances qui tentent de s’exprimer ne peuvent être écartées d’un revers de main, car elles ont à voir avec un profond découragement, une réelle angoisse, une colère contenue… Elles réclament toute notre attention, de la même manière que nous ne sommes jamais indifférents à une plainte douloureuse. Cette détresse ne serait-elle pas l’expression d’un besoin « en creux », d’un manque d’ordre relationnel ? Quand existe un climat de confiance, ces sentiments de vide, d’injustice, de finitude et de confrontation au risque de mort ont besoin d’être livrés à un semblable apparemment disponible pour les recevoir.

Ces constats suscitent deux questions. La première concerne la crédibilité de notre profession. A l’heure où quelques pharmaciens se livrent à une « course à l’espace » pour ouvrir des officines de plus en plus grandes, notre réseau ne doit-il pas jouer la carte essentielle de l’hospitalité pour sa survie ? Et [notre profession] ne doit-elle pas entamer une réflexion au sujet de la spécificité de la « relation pharmacienne » ?

La seconde question concerne le coût humain lié à cette prise en charge globale des patients. Le partage d’émotions avec la retenue qui s’impose, l’ajustement nécessaire pour recevoir ce que l’autre vient nous confier, l’acceptation de la part tragique de toute existence, tout cela n’est pas si gratuit ! Ces tâches ne sont pas exemptes de pénibilité, de consommation d’énergie, de questionnements intérieurs engendrant le doute sur les compétences, la posture et le sens de l’implication. Aussi, une telle bienveillance n’aurait-elle pas besoin de trouver des temps et des lieux de partage d’idées qui donnent à penser afin d’entretenir et d’approfondir notre souci d’autrui ?

Devoir au regard de la déontologie, vertu au regard de la philosophie, l’hospitalité ne peut qu’intéresser notre profession.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !