Le Moniteur des pharmacies n° 3242 du 11/10/2018
 

OBSERVANCE

Temps Forts

Enjeux

PAR MAGALI CLAUSENER 

Que les pharmaciens puissent proposer un autre médicament en cas de rupture, et sans l’accord systématique du médecin, s’il vous plaît ! Voilà ce que préconisent les sénateurs, sous les saluts de l’Ordre et des syndicats. Si seulement cela suffisait à résoudre le problème des ruptures d’approvisionnement.

Nous ne sommes pas allés à un train de sénateurs », a déclaré Yves Daudigny, élu de l’Aisne (membre du groupe socialiste et républicain du Sénat) et président de la mission sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Mieux vaut en effet sourire de la situation tant elle est grave et ne cesse de se dégrader. En 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a reçu 530 signalements de ruptures et de risques de rupture de stock et d’approvisionnement, soit dix fois plus qu’il y a dix ans. Le 2 octobre, la mission a donc présenté son rapport et ses propositions pour mieux faire face à la situation. Constituée en juin 2018 à l’initiative du groupe ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Vos patients vous demandent-ils des autotests supervisés ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !