Le Moniteur des pharmacies n° 3226 du 19/05/2018
 

Vous avez la parole

Questions de comptoir

■  ANNE DROUADAINE 


Oui, la pratique d’une activité physique soutenue et régulière aide à surmonter les effets secondaires des traitements, à la fois physiques (tels que les troubles musculosquelettiques, les douleurs ostéo-articulaires et les problèmes cardiovasculaires) et psychologiques. L’activité physique réduit également les risques de pathologies, comme le diabète et l’ostéoporose, pouvant aggraver l’état de santé global. En outre, elle réduit de 36 % en moyenne la fatigue induite par les traitements et diminue les troubles du sommeil et de la concentration. L’activité physique adaptée (APA) peut être conseillée aux personnes atteintes d’un cancer, en cours ou après les traitements, afin de reprendre une activité ajustée aux besoins et aux capacités. L’APA est un soin de support qui peut faire l’objet d’une prescription médicale et est dispensée par des enseignants ayant suivi une ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK