Le Moniteur des pharmacies n° 3226 du 19/05/2018
 

Expertise

Autour du médicament

YOLANDE GAUTHIER 


La prévalence des calculs rénaux a augmenté de 70 % au cours des trente dernières années. Pour expliquer ce phénomène, la prise d’antibiotiques oraux perturbant le microbiome intestinal et urinaire a fait l’objet d’une étude américaine publiée dans le Journal of the American Society of Nephrology. Les résultats démontrent que l’exposition à certains antibiotiques est un facteur de risque de néphrolithiase. Les sulfamides, les céphalosporines, les fluoroquinolones, la nitrofurantoïne et les pénicillines à large spectre sont les principales classes incriminées. Le risque de calcul rénal semble également plus élevé lorsque l’exposition à ces antibiotiques survient plus jeune. Pour les auteurs, l’étude suggère que le risque de néphrolithiase pourrait diminuer en réduisant l’exposition inappropriée aux antibiotiques concernés, et en choisissant d’autres antibiotiques notamment pour les patients qui présentent d’autres facteurs de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK