Le Moniteur des pharmacies n° 3225 du 12/05/2018
 

Vous avez la parole

Questions de comptoir

■  YOLANDE GAUTHIER 


Ce sont les céphalées brutales, voire en coup de tonnerre (intensité maximale en moins d’une minute), les céphalées récentes ou d’aggravation récente (moins de 7 jours) et inhabituelles, les céphalées associées à une fièvre en l’absence de cause générale évidente, les céphalées associées à des signes neurologiques, les céphalées faisant évoquer une intoxication (notamment au monoxyde de carbone), ou encore les céphalées survenant dans un contexte d’immunodépression. Quelques questions permettent d’évaluer rapidement la gravité potentielle de la céphalée : quand la douleur a-t-elle commencé ? En combien de temps a-t-elle été maximale ? Ce même type de douleur a-t-il déjà été ressenti ? Quelle était l’activité quand la douleur a commencé ? Quels sont les symptômes associés (fièvre, vomissements, photo ou phonophobie, ralentissement psychomoteur…) ? Quels sont les antécédents et ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Avez-vous déjà réfléchi aux services que vous alliez faire payer ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK