Le Moniteur des pharmacies n° 3225 du 12/05/2018
 

COURRIER

Vous avez la parole

■  PHILIPPE DAUPHIN, TITULAIRE À BEAUCHAMP (VAL-D’OISE) 


Pour un titulaire, investir dans le capital d’une autre pharmacie en SELARL reste une bonne idée de placement : bonne rentabilité sur le long terme, bonne sécurité… mais mauvaise labilité, car si l’exploitant ne veut pas vendre ses parts au moment où l’investisseur veut récupérer ses billes, on peut rencontrer un problème. Au moment du départ en retraite, l’exploitant peut garder une partie de ses parts pendant dix ans, alors qu’un investisseur le peut seulement pendant un an. De quoi décourager les investisseurs ayant dépassé les 55 ans. Imaginons que le pharmacien puisse rester minoritaire aussi longtemps qu’il le souhaite, même après la retraite : cet investissement deviendrait vraiment très attractif sur le long terme. Plus besoin d’OCA, ni de booster d’apport. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Des personnes refusent-elles de se faire tester quand vous leur annoncez qu'elles doivent régler le test antigénique Covid-19 ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK