Le Moniteur des pharmacies n° 3224 du 05/05/2018
 

CONVENTION NATIONALE

Temps Forts

Enjeux

PAR FRANÇOIS POUZAUD 

L’observatoire du suivi de la rémunération des pharmaciens a été mis en place en avril. En charge d’apprécier l’impact de la réforme sur l’économie des officines pour la période allant de 2018 à 2021, il a aussi la responsabilité de déclencher les clauses de sauvegarde en cas de dérapages ou de bilan négatif. Des sécurités inédites dans l’histoire de la convention pharmaceutique.

Deux nouveautés marquantes ont été introduites par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé le 20 juillet 2017 entre l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) et l’Assurance maladie : un investissement de 215 M€ sur trois ans pour poursuivre la réforme de la rémunération et trois clauses de sauvegarde pour garantir que cette modification de la marge n’entraîne pas de perte pour les pharmaciens. Une clause individuelle La première clause de sauvegarde s’établit à l’échelle de chacune des officines. Elle a été prévue afin qu’aucune ne subisse un impact négatif du changement de mode de rémunération. Pour chaque pharmacie, la rémunération (marge et honoraires de dispensation) en 2018, 2019, 2020 et 2021 sera comparée ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Avez-vous déjà réfléchi aux services que vous alliez faire payer ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK