Le Moniteur des pharmacies n° 3224 du 05/05/2018
 

TRIBUNE

Vous avez la parole


Bien qu’ils soient utilisés comme adjuvants vaccinaux depuis plus de 90 ans, les adjuvants à base d’aluminium font encore débat ; en effet, si chacun s’accorde aujourd’hui sur l’intérêt de ces adjuvants pour améliorer l’efficacité des vaccins, leur innocuité est parfois mise en cause. Une dose de vaccin injectée par voie intramusculaire contient au maximum 0,6 mg d’aluminium alors que la dose quotidienne d’aluminium administrable par voie intraveineuse sans toxicité documentée est comprise entre 1 et 2 mg. Un certain nombre de pathologies ont été décrites comme étant potentiellement associées aux adjuvants aluminiques : myofasciite à macrophages accompagnée de divers symptômes (myalgies, arthralgies, fatigue persistante, troubles cognitifs, pathologies auto-immunes, syndrome auto-immun/auto-inflammatoire induit par les adjuvants, autisme, maladie d’Alzheimer…). ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Etes-vous favorable au mouvement de grève aux urgences qui sévit actuellement ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK