Le Moniteur des pharmacies n° 3217 du 23/03/2018
 

Vous avez la parole

Questions de comptoir

■  ANNE-HÉLÈNE COLLIN 


Le syndrome d’Irukandji, décrit en Australie dans les années 1950, associe une piqûre de méduse d’intensité modérée avec disparition rapide des symptômes locaux (dans les 20 minutes), à des signes généraux : douleurs intenses, crampes musculaires généralisées, nausées, vomissements, anxiété, agitation, céphalées, hypersudation et sensation de mort imminente. Ce syndrome peut entraîner de graves complications : décompensation cardiaque avec œdème pulmonaire aigu, en particulier chez des patients jeunes sans comorbidité. Deux décès par hémorragie intracérébrale ont été rapportés. Le syndrome d’Irukandji a également été décrit en Thaïlande, en Indonésie, aux Philippines, en Malaisie, en Floride, à Hawaï, et en Guadeloupe. Les méduses responsables sont notamment Alatina alata et Carukia barnesi. Le terme Irukandji provient du nom d’une tribu aborigène australienne vivant au sud de Cairns. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Encourageriez-vous vos propres enfants, et les jeunes en général, à « faire pharma » ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK