Le Moniteur des pharmacies n° 3216 du 17/03/2018
 

Vous avez la parole

PROPOS RECUEILLIS PAR FRANÇOIS POUZAUD 

Allez-vous regretter les « marques ombrelles », qui permettaient de vendre des dispositifs médicaux sous un nom connu de médicament ?

NON Jocelyne Flori Guignen (Ille-et-Vilaine) L’amalgame instauré par les marques ombrelles est dicté uniquement par des considérations économiques et marketing, mais sur le plan déontologique, c’est très discutable. Je suis contre l’utilisation d’un même radical pour désigner le nom de différents produits de santé d’un même laboratoire, avec ou sans AMM, car cela fait courir un risque de confusion, de mésusage et d’erreurs d’utilisation pour le patient. Les préfixes ou suffixes utilisés pour les dispositifs médicaux sont souvent très discrets au niveau des couleurs et des polices de caractères, semant ainsi le doute. Il y a vingt ans, les marques ombrelles n’existaient pas et on s’en passait très bien. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Délivrez-vous encore beaucoup de substituts nicotiniques sans ordonnance ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK