Le Moniteur des pharmacies n° 3215 du 10/03/2018
 

ACQUISITION

Services

Transactions

FRANÇOIS POUZAUD 

Les banques imposent à l’acquéreur de disposer d’un apport personnel minimum de l’ordre de 20 % du prix d’acquisition. Elles ne financent pas la partie « apport » car ce type d’investissement est plus risqué. Heureusement, il existe d’autres modes de financement comme les OCA, les boosters d’apport ou encore les investisseurs en SEL.

L’apport peut être complété ou remplacé par d’autres sources de financement », rassure Jean-Christophe Chanjou, créateur et directeur du site Achat de pharmacie. « D’autres acteurs savent le faire, mais le prix étant le reflet du risque, ils demandent une rémunération plus élevée que celle de la banque. En effet, celle-ci est nantie au premier rang sur le fonds, alors que les créanciers du complément d’apport et le pharmacien sont les derniers servis en cas de vente de l’offi cine. » Aujourd’hui, il existe plusieurs moyens de financer un complément d’apport, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Avez-vous déjà réfléchi aux services que vous alliez faire payer ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK