Le Moniteur des pharmacies n° 3206 du 05/01/2018
 

FERMETURES

Services

Transactions

FRANÇOIS POUZAUD  

Entre regroupement et rachat de clientèle pour cause de fermeture, le choix peut parfois être cornélien. Mais, dans les communes où les officines ne sont pas excédentaires, il peut être judicieux de marier ces deux opérations.

En raison des difficultés des regroupements d’officines, les pharmaciens continuent de lui préférer les rachats et cessions d’actifs entre officines. « Les opérations de rachats suivies d’une fermeture sont plus faciles à réaliser que les regroupements qui relèvent d’une procédure beaucoup plus lourde », confirme Frédéric Saada, avocat du cabinet Mathieu & Saada. A la différence des regroupements, le rachat de clientèle avec fermeture d’une officine pour cessation d’activité n’entraîne pas le gel de la licence pendant douze ans. Or, le pharmacien qui a versé l’indemnité peut donc avoir à faire face à une nouvelle ouverture de pharmacie par voie de transfert ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Des personnes refusent-elles de se faire tester quand vous leur annoncez qu'elles doivent régler le test antigénique Covid-19 ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !