Le Moniteur des pharmacies n° 3198 du 11/11/2017
 

MICROBIOTE INTESTINAL

Expertise

Ouverture

ANNE DROUADAINE 


La prise d’antibiotiques dans les mois précédant un traitement par immunothérapie anticancéreuse serait responsable d’une baisse d’efficacité de celle-ci. C’est le résultat d’une étude française publiée dans la revue Science par des chercheurs de l’Institut Gustave-Roussy, l’Inserm, l’Institut national de recherche agronomique, l’Assistance publique-hôpitaux de Paris, l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection et l’Université Paris-Sud.Ils ont étudié 249 patients traités par immunothérapie anti-PD-1 ou anti-PD-L1 (pas de molecules commercialisées en ville pour l’instant) pour des cancers du rein, du poumon ou de la vessie ; 28 % d’entre eux avaient reçu une prescription d’antibiotiques dans les 2 mois avant ou dans le mois suivant la première administration d’anticorps anti-PD-1/PD-L1. Il est apparu que la survie sans progression et la survie globale étaient moins bonnes chez ces patients. Par exemple, dans le cancer ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !