La chirurgie esthétique mammaire - Le Moniteur des Pharmacies n° 3170 du 25/03/2017 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3170 du 25/03/2017
 

Expertise

Formation

Auteur(s) : NATHALIE ROBERT-CUNRATH 

En France, environ 42 000 augmentations, 19 000 réductions et 14 500 liftings mammaires sont réalisés chaque année.

En quoi consistent les opérations ?

Trois types de chirurgie esthétique sont pratiqués :
• Augmentation mammaire : implantation de prothèses sur des poitrines non ou peu développées, asymétriques ou mal formées, ayant diminué après un accouchement ou une perte de poids importante. Cette opération peut aussi être réalisée pour pallier un complexe ayant un fort retentissement psychosocial. Elle est prise en charge par l’Assurance maladie dans les cas d’aplasie mammaire ou de malformation.
• Réduction mammaire : ablation de l’excès de glande mammaire et de peau sur des seins de taille importante et lourds, pouvant gêner une activité physique normale et entraîner des douleurs dorsales. L’intervention peut être prise en charge par l’Assurance maladie lorsque le poids retiré est d’au moins 300 g par sein.
• Mastopexie (lifting des seins) : remodelage de poitrines tombantes (non pris en charge).

L’intervention dure de 1 à 2 heures. Elle peut être réalisée en ambulatoire ou nécessiter une hospitalisation en clinique spécialisée ou en IACE (installation autonome de chirurgie esthétique).

Le résultat définitif peut être apprécié après 2 ou 3 mois.

Quelles sont les suites opératoires ?

Certains symptômes souvent bénins peuvent survenir :
Douleur : présente surtout pendant les 24 à 48 heures après l’intervention, elle peut persister pendant 4 à 5 jours, puis s’estompe. Elle peut nécessiter la prise de paracétamol. Les AINS, susceptibles de retarder la cicatrisation et masquer les signes d’infection, sont à éviter.
Œdème et ecchymoses : fréquents, ils se résorbent rapidement après l’opération. Il peut être utile d’appliquer des poches de froid.
Gêne à l’élévation du bras, diminution de la sensibilité du mamelon et de la peau : transitoire.

Soins de la cicatrice : le pansement doit être changé 3 jours, 8 jours, 15 jours et 1 mois après l’intervention. Les fils de suture sont enlevés dans un délai fixé par le chirurgien ou tombent (fils résorbables). Ne pas prendre de bain ou de douche et ne pas aller à la piscine avant l’accord du praticien. Utiliser un savon doux. Ne pas exposer la cicatrice au soleil pendant 6 mois à 1 an. La cicatrice prend son aspect définitif parfois jusqu’à 24 mois après l’opération. Procéder à des massages avec des crèmes et huiles cicatrisantes pour l’assouplir et optimiser son aspect.

Le port d’un soutien-gorge sans armatures peut être conseillé jour et nuit aussi longtemps que souhaité afin de maintenir la poitrine et diminuer la douleur et la gêne.

Les activités professionnelles sont suspendues pendant 5 à 10 jours et les activités sportives jusqu’à 2 mois après l’opération. Ne pas porter d’objets lourds le temps de la cicatrisation.

Quel suivi après une pose de prothèse ?

Les prothèses s’usent et le résultat esthétique peut se dégrader : formation de coque (réaction inflammatoire autour de la prothèse), de plis ou de vagues dans les implants visibles sous la peau, rupture, déplacement…

Un contrôle échographique doit être effectué tous les 3 ans. Un changement de prothèses est à prévoir tous les 10 à 15 ans.

Il est conseillé d’attendre 6 mois à 1 an avant d’envisager une grossesse. L’allaitement est possible. 

Sources : Société française des chirurgiens esthétiques plasticiens : www.sofcep.org. Société internationale des chirurgiens esthétiques plasticiens : www.isaps.org/fr. Fiche «   Prendre soin de soi après une opération au sein   » : CHU Montréal. Syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique : www.sncpre.org.

A DIRE AUX PATIENTES

Signes de gravité qui imposent une consultation en urgence :

•  Fièvre > 38,5 °C, frissons

•  Sein beaucoup plus volumineux que l’autre, couvert d’ecchymoses alors que l’autre non

•  Douleur ou rougeur particulières dans une zone du sein

•  Ecoulement au niveau de la cicatrice

•  Mauvaise odeur de la plaie

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !