Le Moniteur des pharmacies n° 3167 du 04/03/2017
 

Expertise

Formation

STÉPHANIE SATGER 

Méthode fiable et généralement bien acceptée, l’autosondage urinaire
En quoi cela consiste ? Le patient introduit par le méat urinaire une sonde qui remonte l’urètre jusqu’à la vessie afin d’évacuer l’urine. Le geste ne doit pas être douloureux. Plusieurs sondages sont pratiqués dans la journée. Il peut s’accompagner d’un traitement médicamenteux (anticholinergiques, alpha-1 bloquants) ou d’injection de toxine botulique à faibles doses, pour permettre la relaxation des sphincters urinaires trop contractés. Pourquoi se sonder ? Pour assurer une vidange régulière et complète de la vessie afin de limiter les fuites urinaires, les risques d’infections et les complications rénales possibles. L’autosondage facilite aussi la vie sociale (loisirs, sports…) et professionnelle. A quel rythme ? Environ 5 à 6 sondages ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Délivrez-vous encore beaucoup de substituts nicotiniques sans ordonnance ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK