Les nouvelles règles du jeu - Le Moniteur des Pharmacies n° 3162 du 05/02/2017 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3162 du 05/02/2017
 
DPC

Temps Forts

Enjeux

Auteur(s) : FLORENCE BONTEMPS AVEC LOAN TRANTHIMY 

Obligation triennale, choix plus adapté des formations, indemnisation du pharmacien au taux horaire, l’agence nationale du développement professionnel continu (DPC) veut proposer des actions adaptées et de qualité. La mouture 2017 du DPC comporte plusieurs modifications substantielles. Décryptage.

Les pharmaciens traînent un peu les pieds pour se former en ce début 2017 ! Sur les 23 722 inscriptions de professionnels de santé déjà enregistrées auprès de l’Agence nationale du développement professionel continu (ANDPC) depuis le 1er janvier, 3 % seulement proviennent des pharmaciens contre 36 % des médecins et 28 % des infirmiers. Bien sûr, l’obligation de DPC étant devenue triennale, il n’y a pas d’urgence absolue à valider son DPC. Reste que le financement est lui demeuré annuel. Quelles sont alors les nouvelles règles du jeu ? Comme tout autre professionnel de santé, le pharmacien a l’obligation d’actualiser ses connaissances et d’améliorer ses pratiques. Pour l’aider à remplir cette obligation, la loi prévoit une indemnisation qui est désormais proportionnelle à la durée en heures de la formation (indemnisation de 47,14 €/heure), et non plus par demi-journée de formation. Cette indemnisation est versée aux pharmaciens titulaires par l’ANDPC qui a remplacé depuis juin 2016 l’organisme de gestion du DPC (OGDPC). Autre nouveauté : pour valider son DPC, le pharmacien doit avoir participé à deux types d'actions différentes à choisir entre Formation, Evaluation et amélioration des pratiques professionnelles et Gestion des risques. Certaines formations combinent déjà deux de ces actions, permettant de valider en une seule fois son DPC. D'autres ne contiennent qu’une seule action, par exemple l’évaluation des pratiques professionnelles, et permettent de panacher son DPC avec plusieurs thèmes et plusieurs organismes de formation. Le pharmacien devra également, dans les prochains mois, se familiariser avec le document de traçabilité électronique qui sera mis à sa disposition sur le site de l’ANDPC courant 2017, et consigner l’ensemble des formations validées. Toutes les actions de DPC seront classées par ordre chronologique, et par type d’action, avec les éléments de preuve pour chaque action. Ce dossier électronique est destiné à suivre le pharmacien tout au long de son parcours professionnel. A l’issue de la période triennale, le pharmacien, et non plus son organisme de formation, devra adresser lui-même la synthèse des actions réalisées à l’ordre des pharmaciens.

20 000 contrôles des formations

Sur les deux actions que doit choisir le pharmacien pour valider son DPC, l’une des actions doit obligatoirement être conforme aux orientations nationales publiées en décembre 2016 plus recentrées sur l’expertise métier. N’existent donc plus, sur le site de l’ANDPC, les formations de taï-chi ou encore celles d’anglais ou de management. Pour renforcer la qualité des formations, l’ANDPC s’est lancée dans une opération de contrôle des programmes de DPC sans précédent. Il faut dire que l’OGDPC ne pouvait contrôler qu’à partir du « programme témoin » proposé par l’organisme, parfois éloigné des programmes déposés par la suite, ce qui conduisait à certains abus. Lors d’une conférence de presse le 24 janvier, Michèle Lenoir-Salfati, directrice générale de l’organisme a reconnu qu’il y avait encore du ménage à faire : «   La qualité n’est pas au rendez-vous sur toutes les actions référencées actuellement, mais les actions non conformes seront retirées du catalogue de l’ANDPC. Nous avons déjà commencé à donner quelques avis défavorables   ». Ainsi 20 000 contrôles des programmes sont prévus en 2017, avec une méthode d’échantillonnage validée, et probablement certaines visites sur site. Le but est de vérifier la qualité des programmes, mais également d’évaluer les bases scientifiques et pédagogiques de l’action de formation. Une attention particulière sera portée à l’existence d’un comité scientifique ou d’une instance au sein de l’organisme de formation validant le contenu de la formation. De plus, d'ici juin, une enquête de satisfaction sera proposée à la fin de chaque formation par l’ANDPC, et lui permettra d’avoir en temps réel un signal d’alerte si le contenu de la formation est jugé insuffisant par les professionnels de santé eux-mêmes. Des formations mieux contrôlées mais également des organismes mieux validés : tous les organismes de formation qui proposaient en 2016 des formations DPC dans le cadre de l’OGDPC ont dû déposer en décembre dernier un nouveau dossier d'enregistrement complet et plus exigeant qu’auparavant. Sur les 3 000 organismes OGDPC, seulement 2 157 ont ainsi demandé leur réenregistrement. L’ANDPC a maintenant 9 mois pour faire le tri et recaler les organismes ne répondant pas aux critères de sélection. Toutes ces initiatives concrètes visent à recentrer les budgets publics dévolus au DPC, soit 170 millions pour l’ensemble des professionnels de santé, vers des formations de santé publique, basées sur des pratiques évaluées et validées. 

COMITÉ D’ÉTHIQUE CONTRE LES CONFLITS D’INTÉRÊTS À L’ANDPC

La création d'un comité d'éthique de 5 membres signe la volonté de l'ANDPC d’assurer la prévention des conflits d’intérêts, et d’identifier les risques de pratiques sectaires. Premier travail de cette commission : l’examen des déclarations publiques d’intérêts (DPI) des 357 membres de l’organisme, et le contrôle des liens d’intérêt sur les cinq dernières années. En particulier, une fonction dans la gouvernance d’un organisme de formation est une situation d’incompatibilité imposant de choisir entre le mandat à l’ANDPC et les fonctions au sein de l’organisme de formation. Quelques alertes ont déjà été signifiées sur les 40 premières DPI déjà examinées.

À RETENIR


•  Depuis le début de l’année, seulement 3 % des pharmaciens se sont inscrits au nouveau dispositif du développement professionnel continu (DPC) contre 36 % des médecins.

•  Ce nouveau dispositif comporte de nouvelles règles que le pharmacien devra respecter pour satisfaire à son obligation triennale.

•  L’agence nationale du DPC prévoit des contrôles sur la qualité des programmes de formation et des organismes de formation.

REPÈRES 

LE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN 3 QUESTIONS

div : Loan Tranthimy - Infographie : Franck L’hermitte

16 140

PHARMACIENS

40 701 médecins
36 255 infirmiers
15 516 kinésithérapeutes
6 577 orthophonistes

DPC validés en 2016

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !