Le vote de la semaine - Le Moniteur des Pharmacies n° 3161 du 29/01/2017 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3161 du 29/01/2017
 

Vous avez la parole

Auteur(s) : PROPOS RECUEILLIS PAR FRANÇOIS POUZAUD 

Allez-vous participer au mouvement de grève des gardes prévu jusqu’au 29 janvier ?

NON MAIS…

Je ne suis pas de garde cette semaine donc pas directement concernée. En revanche, fermer mon officine une journée pour protester ne me gêne pas, si tous mes confrères dans ma commune ferment également. Dans un condiv économique difficile devenu très concurrentiel et beaucoup moins confraternel, perdre une journée de chiffre d’affaires n’est pas évident. Je crains que cette grève des gardes ait peu d’impact auprès de nos gouvernants et une faible portée auprès de l’opinion publique. Ce type d’action est toujours plus efficace sur une longue période car cela oblige le préfet à réquisitionner des pharmacies de garde et, étant contraints de parcourir des kilomètres pour trouver une officine ouverte, les gens finissent par râler.
Annie Hunout, Le Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne)

NON

La grève des gardes et la journée de protestation du 26 janvier vont à contre-courant d’une négociation conventionnelle qui n’a pas encore démarré. Tout cela est bien prématuré ! Quand on entre dans une négociation, il faut d’abord essayer d’avancer sur les dossiers avant de se fâcher. Ce mouvement de grève donne l’impression d’anticiper un échec des discussions, alors que c’est en étant unie que la profession arrivera à négocier. Etant membre de la FSPF, je respecte les consignes de mon syndicat, même si je peux comprendre les arguments développés par l’USPO. Dans cette période complexe sur le plan économique, je ne suis pas certain que la pharmacie soit un sujet de préoccupation des Français.
Benoît Beaudoin, Montigny-lès-Metz (Moselle)

NON

Je suis contre tout mouvement de grève et de manifestation avant le début des négociations entre les syndicats pharmaceutiques et l’Assurance maladie. Il est plus logique de discuter autour d’une table que de commencer par un blocage avec nos instances dirigeantes. Même si, par moments, j’ai envie d’agir d’une manière un peu musclée pour protester contre la façon avec laquelle la profession est traitée. Nous faisons les plus gros efforts en matière d’économies, nous sommes les bons élèves et pourtant je n’ai pas l’impression que nous soyons rémunérés à la hdiv de nos efforts. Les syndicats de médecins, plus solidaires, sont mieux entendus et ont obtenu une revalorisation de leurs tarifs.
Michel Sicard, Royan (Charente-Maritime)

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !