«   Depuis 2012, nous avons envoyé 30 tonnes de médicaments en Syrie   » - Le Moniteur des Pharmacies n° 3161 du 29/01/2017 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des pharmacies n° 3161 du 29/01/2017
 
MON ENGAGEMENT

Vous avez la parole

Auteur(s) : PROPOS RECUEILLIS  PAR MAGALI CLAUSENER 

Issam Moussly est titulaire à Pleurs dans la Marne depuis 1987. Arrivé en France en 1974, diplômé de la faculté de Reims en 1986, il a créé en 2012 son association Urgence Solidarité Syrie, plus que jamais d’actualité. Retour sur un parcours pas comme les autres.

Je suis d’origine syrienne et j’en suis aujourd’hui très fier. Je suis arrivé en France il y a quarante ans - j’ai 62 ans - à Reims pour suivre des études de pharmacie. C’est mon père, un des conseillers juridiques du père de Bachar el-Assad, qui voulait que je parte à l’étranger pour mes études supérieures. En fait, c’était un alibi pour me faire quitter la Syrie, car il pressentait que la situation allait devenir difficile. C’est aussi lui qui a choisi la filière de pharmacie. Ce n’est donc pas par vocation que j’ai choisi ce métier ! Mes premières années en France ont été très difficiles, je ne connaissais personne. C’est surtout la gestion au quotidien et le fait de me retrouver tout seul le soir qui étaient durs. De cette époque, je garde avant tout le souvenir des vacances scolaires et en particulier de Noël : tous les étudiants partaient retrouver leurs parents pour les fêtes et moi je restais seul. Même si je ne suis pas chrétien, les fêtes de Noël sont l’occasion de se retrouver en famille… Mais j’ai persévéré. Je travaillais aussi en officine dès que j’en avais l’occasion, en centre-ville, à la campagne. Un an après l’obtention de mon diplôme, j’ai acheté une officine à Pleurs, dans la Marne, un petit village qui compte 900 habitants. C’est vraiment à ce moment-là que je me suis passionné pour mon métier. Et je n’en changerais pour rien au monde ! Je me suis marié et j’ai eu trois filles. Dans les années 2000, ma fille aînée a demandé à aller en Syrie, car je parlais beaucoup de mon enfance. Cela faisait 28 ans que je n’y avais pas mis les pieds. J’ai hésité mais j’ai demandé une autorisation à l’ambassade de Syrie et, en 2002, nous sommes tous partis à Damas, ma ville natale. Nous y sommes ensuite retournés régulièrement. En mars 2011, la révolution syrienne a commencé. Le gouvernement a réquisitionné les usines, les écoles, les stades. Mes amis d’enfance, des médecins et des pharmaciens m’ont raconté leur quotidien et cela m’a bouleversé. Ils avaient besoin de médicaments pour soigner les blessés de la répression. J’ai alors fait appel à ma grande famille de pharmaciens en France. En quelques semaines, j’ai reçu 15 000 euros de dons. J’ai pu acheter 12 palettes de médicaments que j’ai envoyées en Syrie, gratuitement grâce à Air France, qui m’aide toujours. Pour continuer, j’ai dû m’organiser, prendre des contacts et constituer des réseaux sur place notamment avec des dispensaires ou des hôpitaux. Et j’ai créé l’association Urgence Solidarité Syrie(1). Depuis 2012, nous avons envoyé 30 tonnes de médicaments : des antibiotiques, des antiseptiques, des pansements, mais aussi des médicaments pour le quotidien et soigner les maladies chroniques – diabète, asthme, etc. – et du lait maternisé. L’association Tulipe(2) y contribue largement. Depuis un an, les Français ne peuvent plus entrer en Syrie et je n’ai pas pu m’y rendre comme les années précédentes. Soigner les Syriens aujourd’hui, c’est aussi nous protéger de la propagation de maladies qui sont réapparues comme la gale et la leishmaniose. »

(1) urgencesolidaritesyrie.com (2)L’association Tulipe regroupe une soixantaine d’entreprises de santé (laboratoires pharmaceutiques et fabricants de dispositifs médicaux) et recueille des dons de produits de santé pour répondre en urgence aux populations en détresse.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !