Le Moniteur des pharmacies n° 3145 du 06/10/2016
 

Temps Forts

Ouverture


Réalisée par le service ICAR (hôpital de la Pitié-Salpêtrière) et soutenue par Teva, l’étude IPOP a analysé 905 ordonnances de personnes âgées de plus de 65 ans relevées dans 81 officines. Neuf ordonnances sur dix donnaient lieu à une interaction potentielle entre médicaments, considérant une prescription médiane de 7 médicaments. En parallèle, les pharmaciens ont indiqué avoir fait état de ces interactions au patient dans seulement le quart des cas (26,3 %). Est-ce pourtant leur rôle d’en parler ? « Théoriquement oui, estime Vincent Launay-Vacher, pharmacologue et l’un des auteurs de cette étude. Néanmoins, c’est plus avec le prescripteur qu’il est indispensable d’interagir. Des alternatives thérapeutiques existent. Mais dans certaines situations cliniques, un risque d’interactions, y compris majeur, peut être ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous l'impression que la suractivité liée aux tests et à la vaccination anti-Covid-19 vous fait perdre d'autres clients ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !