Le Moniteur des pharmacies n° 3144 du 24/09/2016
 

DIAGNOSTIC

Expertise

Ouverture

YOLANDE GAUTHIER 


Dans la foulée du lancement de l’autotest VIH l’an dernier (2 000 tests vendus en moyenne chaque semaine), plusieurs gammes de tests font leur apparition en officine : fer, cholestérol, Helicobacter pylori, prostate, tétanos, maladie de Lyme… peuvent désormais être réalisés par les patients à leur domicile. Pour l’ANSM, ces tests doivent être considérés comme des outils d’aide au diagnostic. Leur niveau de sensibilité est généralement moindre que ceux effectués en laboratoire, mais ils permettent aux patients d’oser franchir le pas. Ils doivent impérativement s’accompagner d’un avis médical en cas de résultat positif. La mise sur le marché de ces dispositifs médicaux de diagnostic in vitro répond à des critères précis : obtention du marquage CE auprès d’un organisme notifié labellisé par l’ANSM, notice renvoyant vers un professionnel de santé ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !