Le Moniteur des pharmacies n° 3139 du 20/08/2016
 

Edito

Edito

PAR MATTHIEU VANDENDRIESSCHE,

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT


Cela n’était certainement pas un sujet qui vous préoccupait au plus haut point, mais la question d’une clause de conscience pour les pharmaciens s’est imposée à tous cet été, à l’occasion de la consultation ordinale sur ce sujet et de la polémique qu’elle a déclenchée. Suspendu depuis, l’article autorisait le refus « d’effectuer un acte pharmaceutique susceptible d’attenter à la vie humaine ». Pour l’Ordre, il s’appliquerait à la fin de vie. Pour ses adversaires, il visait la contraception. Est-il honteux d’agir au comptoir selon ses valeurs morales ou religieuses ? On imagine les conséquences immédiates, les dérives possibles et le désagrément de se sentir jugés comme individus, alors que nous sommes patients. Mais au fond, ne vaudrait-il pas mieux ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Etes-vous favorable à la disparition du Numerus clausus pour les études de pharmacie ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK