L’aérosol doseur - Le Moniteur des Pharmacies n° 3126 du 30/04/2016 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3126 du 30/04/2016
 

Expertise

FORMATION

Auteur(s) : Alexandra Blanc

Le niveau de contrôle de l’asthme serait insuffisant chez 6 patients sur 10. Un mauvais contrôle de l’asthme est notamment dû à une manipulation incorrecte des dispositifs d’inhalation. Parmi eux, l’aérosol doseur demande une technique particulière.

Qu’est-ce qu’un aérosol doseur ?

• Le principe actif, en suspension dans un gaz propulseur liquéfié sous pression, est conditionné dans une cartouche métallique introduite dans un étui en plastique.

• En appuyant sur la cartouche, le dispositif libère une dose précise de médicament. Le gaz s’évapore, libérant le principe actif sous forme de fines particules de taille non homogène qui sont inhalées et se déposent sur les bronches.

• Les spécialités utilisant ce dispositif sont des médicaments de la crise et des traitements de fond : Atrovent, Bécotide, Beclospray, Bronchodual, Flixotide, Flutiform, Formoair, Formodual, Innovair, Qvarspray, Seretide, Serevent, Ventoline…

Quelles sont ses caractéristiques ?

• Une bonne coordination main-poumon (entre le déclenchement de la dose et l’inspiration) est nécessaire. Son utilisation n’est donc pas recommandée chez les jeunes enfants, les personnes âgées ou ayant des difficultés motrices.

• La présence de gaz propulseur permet la perception de la prise.

• Les gaz propulseurs peuvent entraîner une toux et un bronchospasme, se manifestant surtout avec les corticoïdes et les bêta-2-mimétiques d’action prolongée.

Que faut-il contrôler ?

• Les principales erreurs de manipulation sont :

– une mauvaise synchronisation main-poumon ;

– une durée de blocage de la respiration insuffisante après l’inhalation.

• A la première dispensation, faire une démonstration de l’utilisation de l’inhalateur à l’aide d’un dispositif placebo (à demander auprès des laboratoires). Puis vérifier que le patient l’a bien comprise.

• Lors des renouvellements et au moins une fois par an, il est utile de vérifier que la technique ne s’est pas détériorée.

Sources : « L’asthme – 1re partie », Le Moniteur des pharmacies n° 3029, cahier 2, 26/4/2014 ; Association Asthme & Allergies, asthme-allergies.org ; Grilles d’évaluation d’utilisation des systèmes d’inhalation utilisés dans l’asthme, Cespharm, décembre 2014, cespharm.fr.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !