L’acromégalie - Le Moniteur des Pharmacies n° 3112 du 23/01/2016 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3112 du 23/01/2016
 

Comptoir

FICHE FORMATION

Auteur(s) : Florence Plussan

D’évolution lente, l’acromégalie survient en général entre 30 et 40 ans. Son diagnostic est souvent difficile.

De quoi s’agit-il ?

• L’acromégalie est liée à une hypersécrétion de l’hormone de croissance (GH).

• Dans 95 % des cas, une tumeur hypophysaire bénigne est responsable de cette hypersécrétion de GH.

• En l’absence de traitement, de nombreuses complications apparaissent entraînant une mortalité précoce.

Quels sont les signes cliniques ?

• L’acromégalie est une maladie d’évolution lente.

• Le syndrome dysmorphique est caractéristique. Il s’agit d’une augmentation progressive du volume du visage (élargissement de la base du nez, pommettes saillantes, front bombé, lèvres épaissies, écartement des dents…) et des extrémités (élargissement des mains et des pieds, épaississement de la peau…).

• Il se développe lentement et n’est souvent mis en évidence qu’en regardant d’anciennes photographies.

• Des complications liées à l’hypersécrétion de GH peuvent se développer.

– Cardiovasculaires : hypertension artérielle, cardiomégalie entraînant une insuffisance cardiaque congestive, première cause de mortalité.

– Rhumatologiques : arthropathie acromégalique périphérique qui touche les grosses articulations et rhumatisme acromégalique qui touche principalement le dos.

– Métaboliques : intolérance au glucose, diabète.

– Respiratoires : apnée du sommeil.

– Polypes du colon et goitres plus fréquents.

– Syndrome du canal carpien.

• D’autres complications sont liées à la tumeur hypophysaire : montées de lait et troubles des règles chez les femmes, troubles de la vue, céphalées, asthénie…

Comment pose-t-on le diagnostic ?

• Il est posé sur des critères cliniques et confirmé par des examens biologiques.

• En cas de suspicion, un dosage sanguin de la GH et de l’IGF-1 (Insulin Growth Factor) est réalisé.

• Le diagnostic est confirmé par une absence de freinage de la sécrétion de GH lors d’une hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO).

Comment est-elle prise en charge ?

• Le traitement a un double objectif : stopper la progression de la tumeur et atténuer les symptômes, d’une part, et normaliser les taux de GH et d’IGF-1 pour empêcher l’évolution de la maladie d’autre part.

• La chirurgie est souvent le traitement de première intention. Elle permet de retirer l’adénome hypophysaire, par voie nasale le plus souvent.

• Le traitement médicamenteux est associé si la chirurgie s’avère insuffisamment efficace.

• Les analogues de la somatostatine, octréotide (Sandostatine) ou lanréotide (Somatuline), inhibent la sécrétion de la GH. Ils sont indiqués en complément de la chirurgie ou seuls en cas de contre-indication à la chirurgie.

• Le pasiréotide (Signifior) vient d’obtenir une AMM dans l’acromégalie en 2e intention. Il s’administre en IM toutes les 4 semaines.

• La cabergoline (Dostinex) est un agoniste dopaminergique utilisé en seconde intention et hors AMM. Elle sera prescrite chez des patients ayant des tumeurs mixtes à GH et prolactine ou en association avec un analogue de la somatostatine.

• Le pegvisomant (Somavert) est un antagoniste des récepteurs à la GH. Il est utilisé chez des patients résistants ou intolérants aux analogues de la somatostatine, en injections SC quotidiennes.

• La radiothérapie est proposée en troisième intention. Ses effets sur la régulation de la GH sont très longs à obtenir.

Sources : Acromegaly, Handbook of clinical neurology, vol 124 (3rd series), 2014 ; L’acromégalie, Orphanet, 2007, orpha.net ; Biothérapie des tumeurs neuroendocrines, La Revue du Praticien, vol 52, 2002 ; Adénome Hypophysaire, La revue du Praticien, vol 52, 2002 ; Base de données publique des médicaments, medicaments.gouv.fr.

EN PRATIQUE

• Somatuline et Sandostatine sont soumis à prescription initiale hospitalière (PIH) annuelle.

• Somavert est soumis à PIH annuelle réservée à certains spécialistes.

• Ces médicaments se conservent au froid.

• La prescription de Signifior est réservée à certains spécialistes.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !