Le Moniteur des Pharmacies n° 3103 du 14/11/2015
 

MÉDICAMENTS

Actualités

Rémi Claude

Le rapport de l’OCDE prévoit une hausse de dépenses en médicaments due notamment aux spécialités onéreuses. Et met en exergue un coût élevé qui n’est pas toujours justifié.


Publié le 4 novembre, le « Panorama de la santé 2015 » dresse un bilan complet des systèmes de santé dans les pays de l’OCDE. Pour la première fois, il traite des dépenses pharmaceutiques au détail. En 2013, elles ont atteint environ 800 milliards de dollars, soit en moyenne 20 % des dépenses totales de santé. Elles s’élèvent en moyenne à 515 $* par personne. La France se situe au-dessus de la moyenne avec 596 $, soit à la 9e place, après l’Allemagne (678 $) et la Belgique (603 $), mais bien avant les Pays-Bas (397 $) et le Danemark (240 $). Ces dépenses représentent 1,6 % du PIB en France, contre 1,5 % en Allemagne, 0,9 % au Pays-Bas et 0,5 % au Danemark. Pour autant, les dépenses pharmaceutiques dans les pays de l’OCDE ont décru à partir de 2005. Cette évolution se ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous déjà des patients qui ont entendu parler du pharmacien correspondant et vous demandent de renouveler leurs traitements ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK