Le Moniteur des Pharmacies n° 3073 du 28/03/2015
 

PRESCRIPTION EN DCI

Médicaments

Afsané Sabouhi

Explications au comptoir, vigilance accrue sur les molécules lors de la délivrance, coup de pouce à la substitution… L’obligation de prescrire en DCI gagne l’officine.


Depuis le 1er janvier, tous les prescripteurs sont tenus de rédiger leurs ordonnances en dénomination commune internationale. Mais tous n’ont pas encore modifié leurs pratiques, loin de là. « Ceux qui n’ont pas de logiciel de prescription continuent à rédiger leurs ordonnances à la main et en princeps ! Ils n’ont pas radicalement changé depuis janvier », constate une pharmacienne de Périgueux (Dordogne). Une enquête réalisée par Vidal auprès de 400 officines montre néanmoins qu’entre juin 2014 et février 2015, la part des ordonnances en dénomination commune internationale (DCI) seule ou DCI et nom de marque est passée de 35 à 48 %. Beaucoup moins réticents à la DCI que le corps médical, les pharmaciens témoignent tout de même de difficultés rencontrées lors de la délivrance, ponctuellement pour 57 % d’entre eux et fréquemment pour 3 %. « Les ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Vaccinez-vous plus de patients que ce à quoi vous vous attendiez ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK