Le Moniteur des Pharmacies n° 2966 du 19/01/2013
 

Actualités

M.L.


Avant que l’Amnog, la nouvelle loi sur le médicament n’entre en vigueur il y a tout juste deux ans, l’Allemagne était un eldorado pour l’industrie pharmaceutique qui fixait elle-même le prix du médicament. Depuis, les fabricants sont obligés de négocier avec les caisses d’assurance maladie le prix de vente des nouveaux produits en fonction de leur service médical rendu. En théorie. Dans les faits, il apparaît que les pharmaciens continuent de facturer à leur ancien prix les douze principes actifs* qui ont fait l’objet de négociations entre janvier et décembre 2012.Un intérêt à ne pas appliquer les prix Les pharmaciens justifient leur pratique – tout comme les grossistes et les fabricants – par des difficultés informatiques rendant impossible l’utilisation d’un nouveau logiciel. La GKV-Spitzenverband, fédération des caisses d’assurance maladie du régime général, ne ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Depuis le couvre-feu, ressentez-vous davantage d’insécurité après 18 heures ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK