Le Moniteur des Pharmacies n° 2949 du 22/09/2012
 

Actualités

CE QUE VOUS EN PENSEZ

François Pouzaud


Brigitte Vaissier-Crouzat, Montpellier (Hérault) Je n’ai pas observé de baisse de ces mentions, d’autant que j’ai un médecin qui en prescrit systématiquement et qui continue de le faire, sans réprimande de la caisse, pourtant au courant. Début juillet, la caisse nous donnait comme instruction de délivrer les génériques même en présence de la mention « Non substituable » en bonne et due forme, et, en cas de refus du patient, de le faire payer. Sept jours plus tard, je reçois un contre-ordre précisant qu’on peut délivrer le princeps sur une telle ordonnance et faire l’avance de frais. Il a fallu redonner d’autres explications, différentes, à la clientèle. Je suis passée pour une pharmacienne peu sérieuse. Alain Marcillac, Châtillon (Hauts-de-Seine) Avec 65 % de taux de substitution, le sud des Hauts-de-Seine était en retrait du reste du ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Depuis le couvre-feu généralisé, constatez-vous un accroissement de la fréquentation avant 18 heures ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK