Le Moniteur des Pharmacies n° 2948 du 15/09/2012
 

Entreprise

ÇA N’ARRIVE PAS QU’AUX AUTRES

Fabienne Rizos-Vignal


Les faits : Suite à la naissance de son enfant en juillet, un salarié fait part à son employeur de son intention de prendre un congé de paternité du 6 au 16 septembre. Mais en raison de la charge de travail de l’entreprise pendant cette période, l’employeur lui demande d’ajourner son départ de quelques semaines. Ne souhaitant pas modifier ses projets, le salarié ne tient pas compte de la demande de son employeur et part en congé de paternité le 6 septembre, comme il l’avait initialement prévu. Constatant son absence, sans son accord, l’employeur le licencie pour faute grave. Face à une décision aussi expéditive et radicale (la qualification de faute grave prive le salarié de l’indemnité de licenciement), le salarié porte le litige devant les tribunaux. En première instance, les juges lui donnent ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous l'impression que la suractivité liée aux tests et à la vaccination anti-Covid-19 vous fait perdre d'autres clients ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !