Le Moniteur des Pharmacies n° 2932 du 05/05/2012
 

RÉTROCESSIONS

Entreprise

François Pouzaud


Certains laboratoires ont été pris en grippe par les groupements. « En ne jouant pas le jeu avec les groupements nationaux structurés et en ne respectant pas les règles commerciales définies par la loi sur les centrales d’achats pharmaceutiques et sur les structures de regroupement à l’achat, les laboratoires organisent les rétrocessions qui sont interdites », fustige Michel Quatresous, président d’Optipharm, lors du débat organisé dans le cadre de Pharmagora « Groupements nationaux ou locaux, enseignes : quel est le meilleur allié du pharmacien pour aborder l’avenir ? ».Pour Lucien Bennatan, président du groupe PHR, ce refus de travailler avec les groupements ne durera qu’un temps. « Cantonner le pharmacien à un vulgaire rôle de distributeur les arrange bien, mais un jour où l’autre, ils cèderont », affirme-t-il. Pour le patron de PHR les pharmaciens suivront demain des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !