Le Moniteur des Pharmacies n° 2929 du 14/04/2012
 

Comptoir

QUESTIONS DE COMPTOIR

Géraldine Galan*, Delphine Jonas**


Réponse : Ce sont les autobronzants à base de dihydroxyacétone (constituant essentiel de ces derniers) associée ou non à l’érythrulose qui peuvent dégager une odeur désagréable à l’application. C’est en fait la réaction chimique résultant de l’interaction entre la DHA et les groupements amines des protéines de la couche cornée qui entraîne la formation de composés volatils dont l’odeur est marquée. Les formulations sont aujourd’hui mieux maîtrisées et les fabricants utilisent des parfums, des huiles essentielles et autres produits masquants pour contrer ces mauvaises odeurs. Source : M.-C. Martini, « Autobronzants ou bronzants artificiels », Encyclopédie médico-chirurgicale, cosmétologie et dermatologie esthétique, 2009, 50-170-D-10

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK