Le Moniteur des Pharmacies n° 2928 du 07/04/2012
 

DÉMENCES SÉNILES

Actualités médicaments

Véronique Pungier


Il vaut mieux éviter de prescrire de l’halopéridol chez une personne âgée démente car le risque de décès est alors multiplié par 2,3 au cours des 40 premiers jours de traitement par rapport à l’utilisation de rispéridone. Cette dernière a servi de référence – car la plus fréquemment prescrite – dans une étude américaine conduite auprès de plus de 74 400 patients de plus de 65 ans vivant en institution entre 2001 et 2005, débutant un traitement antipsychotique. A contrario, l’étude montre qu’avec la quétiapine la mortalité est réduite de 20 %. La différence avec la rispéridone n’est pas significative avec l’aripiprazole ni l’olanzapine. Jusqu’ici, seul le risque accru de décès sous antipsychotiques chez les personnes âgées démentes était globalement connu. Et toujours dans cette population, une autre étude récente montre qu’à l’instauration d’un ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !