Le Moniteur des Pharmacies n° 2921 du 25/02/2012
 

INDUSTRIE

Actualités

F.P.


Nos entreprises sont axées essentiellement sur l’amélioration ou l’optimisation d’un médicament existant, ce qui est de moins en moins valorisé, expose Gérard Dufour, directeur général de l’AMLIS (Association des moyens laboratoires et industries de santé). Les taxes, en augmentation, représentent 3 % de notre CA et jusqu’à 25 % de nos résultats. » Ces PME représentent 7,1 % du chiffre d’affaires pharmaceutique et 14 % des unités vendues en officine. Pour survivre, l’AMLIS propose de moduler les taxes en fonction de la taille et de la rentabilité des PME et non exclusivement du CA, revaloriser les produits « anciens » à l’intérêt thérapeutique réel et un déremboursement cohérent de certaines classes.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous l'impression que la suractivité liée aux tests et à la vaccination anti-Covid-19 vous fait perdre d'autres clients ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !