Le Moniteur des Pharmacies n° 2878 du 16/04/2011
 

Actualité

Magali Clausener*, Matthieu Vandendriessche**

Le pharmacien correspondant est né d’un décret paru le 7 avril dernier. Pour le moment, ses contours sont seulement esquissés. Il en ressort une coopération renforcée avec les médecins, au bénéfice des patients. Explications et réactions.


Le pharmacien correspondant est aujourd’hui sur les fonds baptismaux. Attendu depuis plus d’un an, le décret paru au Journal officiel du 7 avril dernier fixe les modalités de cette nouvelle mission officinale, axée sur une collaboration plus étroite avec les médecins. C’est l’une des grandes évolutions pour le pharmacien introduites par la loi HPST (Hôpital, patients, santé et territoires). Et l’une des premières à devenir réalité. Cependant, il faudra encore un peu de temps pour que le pharmacien correspondant fasse ses premiers pas. Le décret ne dit pas tout, qui doit être complété par des protocoles de coopération et d’action. Le pharmacien assure le suivi de patients chroniques en lien avec le médecin. Sous son contrôle, il peut renouveler le traitement et ajuster les posologies. Mais quelles sont les pathologies concernées ? ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !