Le Moniteur des Pharmacies n° 2878 du 16/04/2011
 

Comptoir

QUESTIONS DE COMPTOIR

Laurence Vénin*, Chantal Ollier**


Réponse : Certaines situations imposent la pratique du tiers payant. C’est notamment le cas des soins en rapport avec un accident du travail ou une maladie professionnelle, mais également des soins dispensés à un patient bénéficiaire de la CMU ou un bénéficiaire de l’Aide Médicale de l’Etat (AME) pour lesquels le pharmacien d’officine ne peut refuser le tiers payant. De même, il n’est pas possible de refuser le tiers payant lorsque le pharmacien a signé une convention locale avec la CPAM relative à la dispensation de l’avance de frais en matière de prestations pharmaceutiques, si l’assuré en fait la demande. Mais certaines conventions peuvent prévoir un seuil correspondant à un montant minimal d’avance de frais. Depuis 2006, avec la convention nationale, le pharmacien peut, sans obligation cette fois, appliquer le tiers payant aux ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Vaccinez-vous beaucoup contre la grippe cette année ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !