Le Moniteur des Pharmacies n° 2878 du 16/04/2011
 

Actualités

SANTÉ PUBLIQUE

Matthieu Vandendriessche

Le phénomène des compléments alimentaires arborant un statut de dispositif médical s’est accru. Cette dualité qui défie la réglementation est dans le collimateur de l’AFSSAPS.


C’est une autre épine dans le pied des autorités sanitaires : de plus en plus de compléments alimentaires affichent le statut de dispositif médical (DM). La démarche répond avant tout aux exigences du marketing. Ce statut constitue un formidable tremplin pour une libre circulation des produits au sein de l’Union européenne. Deux explications : les règles de commercialisation des compléments alimentaires se rapprochent de celles des DM, et ces derniers n’ont pas de définition claire. « Ils se définissent en creux. En fait, c’est tout sauf un médicament », a expliqué lors d’un colloque le 8 avril* Jean-Claude Ghislain, en charge des dispositifs médicaux à l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé). En effet, un DM est « destiné, par son fabricant, à être utilisé chez l’homme à des fins de diagnostic, de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous l'impression que la suractivité liée aux tests et à la vaccination anti-Covid-19 vous fait perdre d'autres clients ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !