Le Moniteur des Pharmacies n° 2865 du 22/01/2011
 

L’AVIS DU PHARMACOLOGUE

Actualité

Produits


L’amifampridine n’est autre qu’un sel (phosphate) de la 3,4-diaminopyridine, une aminopyridine proche de la fampridine prescrite depuis 1977 dans le traitement du syndrome myasthénique de Lambert-Eaton (LEMS). Cette maladie orpheline auto-immune est susceptible de mettre en jeu le pronostic vital lorsqu’elle affecte les muscles respiratoires. La faiblesse musculaire résulte de la production d’autoanticorps dirigés contre les canaux calciques voltage-dépendants réduisant les quantités d’acétylcholine relarguées par les terminaisons nerveuses. L’amifampridine bloque les canaux potassiques voltage-dépendants et prolonge ainsi la dépolarisation de la membrane des cellules présynaptiques. Elle allonge le potentiel d’action neuronal, facilite l’efflux calcique vers les terminaisons synaptiques, donc l’exocytose des vésicules d’acétylcholine. En France, son emploi était encadré par des ATU nominatives depuis 2006. Deux études pivots anciennes et une étude randomisée récente, réalisées versus placebo, montrent une efficacité légèrement ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous l'impression que la suractivité liée aux tests et à la vaccination anti-Covid-19 vous fait perdre d'autres clients ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !