Le Moniteur des Pharmacies n° 2778 du 02/05/2009
 

Cahiers Formation du Moniteur

Iatrogénie


effets indésirables Grosse fatigue pour LaureLaure T., 31 ans, est suivie depuis 8 ans pour une infection par le VIH. Récemment modifié, son traitement comporte deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI), de la didanosine (Videx) et du ténofovir (Viread) ainsi qu'un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI), l'éfavirenz (Sustiva). Cette jeune femme habituellement dynamique se présente aujourd'hui à l'officine en demandant des « fortifiants » car depuis quelque temps elle se sent de plus en plus fatiguée. Elle dit en outre avoir récemment maigri et ressentir des douleurs articulaires et musculaires diffuses. Les symptômes de Laure peuvent-ils être d'origine iatrogène ? Bien que l'infection par le virus du sida puisse en elle-même être à l'origine de tels signes cliniques, leur apparition chez une patiente jusqu'alors en bonne forme ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Vous-êtes vous assuré (e) les services d’un médiateur de la consommation ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK