Le Moniteur des Pharmacies n° 2757 du 06/12/2008
 

SANTÉ PUBLIQUE

Actualité


Tout retard ou défaut de diagnostic doit être considéré comme une perte de chance dans la maladie d'Alzheimer », a martelé Marie Sarazin, neurologue à la Pitié-Salpêtrière, lors des 59es Journées pharmaceutiques internationales de Paris (JPIP). « La mauvaise gestion des médicaments prescrits, le défaut d'observance, aggravé par la substitution générique, sont des signes d'alerte que le pharmacien est à même de détecter », a ajouté Catherine Ollivet, de France Alzheimer. Difficile après l'appel de Thierry Hergueta, psychologue clinicien à la Pitié-Salpêtrière, de ne pas être convaincu que l'officinal est essentiel dans la chaîne de soins : « La psychopédagogie, l'éducation et l'information sur la maladie permettent de ralentir sa progression, de retarder l'institutionnalisation, de réduire les troubles psychocomportementaux et la prise de neuroleptiques. » Le Cespharm va recenser les ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous l'impression que la suractivité liée aux tests et à la vaccination anti-Covid-19 vous fait perdre d'autres clients ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !